Immobilier financement : le PTZ+ revu et corrigé

Hier François Hollande annonçait la réforme du PTZ+ pour augmenter le pouvoir d’acquisition des primo-accédants. Une petite révolution en quatre points pour favoriser le marché de l’immobilier.

Les ménages qui désirent devenir propriétaire d’une maison ou d’un appartement vont pouvoir bénéficier des nouvelles mesures concernant le PTZ+ à compter du 1er janvier 2016.

En effet, pour faciliter l’acquisition d’un bien immobilier, quatre points de la mesure ont été revu et corrigé par le gouvernement.

 

1er point – la révision du montant de l’emprunt

Il a été annoncé qu’à compter du 1 er janvier 2016, le montant du PTZ+ concernant l’achat d’un prêt immobilier pourrait passer de 18 % – 26 % à 40 % du montant de l’emprunt.

2eme point – un différé d’amortissement pour toutes les tranches de revenus

Octroyer un différé de remboursement d’au moins cinq ans pour toutes les tranches de revenus. Alors qu’aujourd’hui cette période pouvait varier de 0 à 14 ans en fonction des revenus du ménage.

3eme point – relevé le plafond des ressources pour augmenter le nombre des ménages éligibles au dispositif PTZ+

Donner la possibilité à plus de ménages « modestes » de devenir propriétaires en relevant le plafond de ressources éligible au PTZ+.

4eme point  – L’extension du territoire pour le PTZ+

Alors que le PTZ+ devenait possible pour l’achat d’un bien immobilier dans près de 6000 communes rurales, sous conditions de travaux de rénovation à hauteur de 25 % du prix d’acquisition de l’appartement ou de la maison. Le gouvernement entend élargir la mesure à 30 000 communes voir à l’ensemble du territoire.

Le gouvernement désire donner un souffle plus important au PTZ+ pour 2016.

A lire aussi :
Immobilier financier : le PTZ retrouve un regain de jeunesse

Lesiteimmo.com

Arles : le repli du volume des ventes de 30 %

Située entre Nîmes et Marseille, la « petite ville » d’Arles (75 893 hectares de superficie- plus grande commune de France métropolitaine) peuplée de plus de 52 000 habitants attire moins les acquéreurs de bien immobilier. Pourquoi ? Est-ce trop cher ? Pour en savoir plus, Lesiteimmo.com vous propose un petit tour des quartiers d’Arles.

La structure de la ville par quartier

Les quartiers de la ville d’Arles se structurent autour de la vieille ville avec le quartier de la Cité, le quartier Hauture, le quartier de Méjan, de la Roquette et de la Cavalerie/Portagnel qui trônent à l’intérieur de l’enceinte médiévale. Ensuite la ville s’est développée autour de l’enceinte d’Arles avec des projets qui ont permis d’étendre l’implantation de la commune.

Une pénurie d’acquéreurs à Arles

La commune du département des Bouches-du-Rhône en Provence-Alpes-Côte d’Azur connaît aujourd’hui une pénurie de biens de qualité dans le centre. Malgré une stabilisation des prix générale, les acquéreurs restent timides. Et les professionnels s’inquiète du recul du nombre de ventes sur la commune 10 % en moins en un an.

Néanmoins, Arles plaît et certains bien deviennent rare, notamment les biens de 80 m² avec une petite cour exposé plein sud.

Petit d’horizon des quartiers arlésiens en termes de prix

Les arènes affichent une baisse de 4 % au maximum et les prix oscillent entre 2200 euros et 2400 euros le m². Dans le quartier de la Roquette, les prix stagnent et le prix au mètre carré reste fixe à 2500 euros. Concernant le quartier des Alycamps, même constat, les prix ne bougent pas et se stabilise Les prix oscillent pour les maisons des années 1970 à 2000 euros le m² les années 1960 surenchérissent à 2200 euros le m² pour finir avec les villas des années 1950 qui plafonnent elles à 2700 euros le m².

Pour le quartier de Trinquetaille en revanche, les immeubles des années 60 perdent 5 % de leur valeur et le prix au m² se négocie à 1200 euros. Tandis que les autres types de biens ne bougent pas en termes de prix. A Montplaisir les prix restent à 1300 euros le m². La plus forte baisse s’affiche vers St Rémy de Provence où le prix au m² du mas baisse de 5 % et passe à 4500 euros le m².

En bref peu de mouvement pour les prix Arlésiens. Une belle baisse à noter pour les mas de St Rémy qui chutent de 5%.

Retrouvez les opportunités Arlésiennes, en découvrant les maisons, mas et appartements d’Arles.

 

Immobilier Neuf : Eiffage annonce le décès de son PDG

Le Groupe Eiffage vient d’annoncer le décès de son Président Directeur Général, Pierre Berger (47 ans).

Diplômé de l’Ecole Polytechnique et du Corps des Ponts et Chaussées, Pierre Berger crée son propre bureau d’études, Sigmatec Ingénierie.

Quatre ans plus tard, il prend la direction de la SEFI, filiale de Ménard Soltraitment. Puis en 1999, il devient directeur général de Ménard Soltraitment, filiale de Freyssinet (Groupe Vinci), et directeur du pôle sols en 2003.

En 2004, il prend la direction générale de Vinci Construction Grands Projets, dont il assume la présidence en 2005. Promotion, en 2007, il est également Directeur Général Adjoint, en charge des Travaux Publics, de Vinci Construction France.  Pierre Berger est nommé au Comité exécutif de Vinci en janvier 2010.

En Août 2012 il succède au fondateur du groupe Eiffage, Jean-François Roverato.

Le communiqué de presse traduit l’émotion du groupe : « Eiffage annonce avec une grande émotion et une profonde tristesse que son président-directeur général, Pierre Berger est décédé cette nuit » à la suite d’une crise cardiaque, indique l’entreprise dans un communiqué. Et de compléter : « Les premières pensées de la direction et des employés d’Eiffage vont à son épouse, à ses enfants et aux proches de Pierre Berger« .

Lesiteimmo.com

Béziers : La reprise surtout pour les maisons neuves

Béziers est une commune située dans le département de l’Hérault et fait partie de la région Languedoc-Roussillon. Proche de la mer méditerranée elle attire comme ces consœurs, c’est une commune attractive de par son emplacement. Ville d’environ 72 000 habitants, Béziers entre dans l’Aire urbain du Languedoc Roussillon avec près de 160 000 habitants. Ville d’histoire, Béziers entend néanmoins rassurer et attirer les populations en rénovant l’habitat et en ouvrant de nouveaux quartiers. Aussi la demande s’accentue sur les maisons neuves.

Une politique de rénovation et de développement de l’habitat.

La politique de la ville en termes de patrimoine est de revaloriser celui-ci et d’éradiquer le phénomène de logement indigne. Aussi la commune entend consacrer près de 25 000 0000 d’euros pour revaloriser le centre de la ville. Avec le plus grand secteur sauvegardé de France, 3700 immeubles et près de 235 hectares, La commune de Béziers veut remettre de l’ordre dans le logement. Certaines habitations sont en effet plus en adéquation avec les besoins des ménages et certains propriétaires bailleurs louent des logements indignes à des personnes fragilisées économiquement.

Grâce aux Opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH), la ville de Béziers a déjà contribué à la rénovation de plus de 1000 logements. Et grâce au Plan National de Requalification des Quartier Anciens Dégradés, Béziers pense intervenir sur les quartiers de Ricciotti, Chaudronniers, Saint Jacques la Tibe, Tiquetonne, l’Hortet et Alma Saint Saens.

Par ailleurs, la ville a déjà permis, grâce au programme « Cœur d’agglo », à près de 300 propriétaires du centre-ville de réhabiliter leur patrimoine. La croissance de la population, 100 habitants en moyenne par mois, a poussé la commune de Béziers à revoir son PLU (Plan de renouvellement Urbain) en désenclavant le quartier de la Devèze et en ouvrant de nouveaux quartiers tel que la Courondelle.

La demande se tourne vers la maison neuve.

La baisse des prix enclenchée sur la côte à permit une reprise de souffle pour la commune de Béziers. Les acheteurs désormais de retour sur la commune s’accentue. Cependant ses acquéreurs sont centrés sur des budgets évoluant entre 120 000 et 180 000 euros pour les maisons et 60 000 et 120 000 euros pour les appartements. On envisage une baisse des prix encore assez importante puisqu’elle avoisinerait les 5 % par an. L’extension du PLU a permis aux jeunes familles d’acquérir des maisons neuves de 80 m² sur un terrain d’une superficie globale de 350 m². Même si ces maisons se situent en périphéries elles restent très attractives pour les jeunes familles gourmandes d’espaces et de qualité de vie.

Un petit tour des quartiers

Dans le centre historique le prix au mètre carré évolue de 600 euros pour un appartement dans un hôtel particulier soit une baisse de près de 8 % jusqu’à 1000 euros du mètre carré pour un bel immeuble pour qui les prix n’ont pas scille. Dans le quartier du Carrefour de L’hours, le prix au m² de l’appartement dans l’immeuble des années 1970 baisse de 5 % pour passer à 1100 euros et ne bougera pas dans l’immeuble neuf pour un prix de 2100 euros. Dans le quartier des arènes les prix n’ont pas bougé. A la Crouzette par contre, on note une baisse record pour la commune de près de 11% soit le prix des maisons passe à 1600 euros le m². Dans le quartier des Fleurs, la baisse semble installée à un taux proche des 10 % pour les maisons. Quant aux villas du quartier le Pech-de-la-galinière il ne bougera pas en termes de prix.

En immobilier à Béziers, Lesiteimmo.com vous propose un grand choix de maisons et appartements.

 

Annonces immobilières à Béziers :

Vente Villa

645 120 €
Belle villa de 240 m² habitables, sans vis à vis ni mitoyenneté sur un terrain arboré et clôturé de 5800…

Vente Maison

220 000 €
Venez découvrir en exclusivité sur Béziers, cette jolie villa contemporaine à finir de type 4, de 150 m² habitable environ,…

Vente Maison

649 000 €
Hérault (34), A 5 MINUTES DE BÉZIERS (34500) ET 15 MINUTES DES PLAGES. DOMAINE composé des deux habitations 130 m²…

Immobilier : les étrangers réinvestissent en France

Des opportunités qui facilitent les investissements pour les étrangers en France. Les prix qui sont révisés et l’euro qui faibli une bonne équation pour les investisseurs étrangers.

Les Anglos-saxons ont retrouvés le goût « France ».

Le directeur du groupe monégasque, Jhon Taylor confiait au point, que les Anglos-saxons avaient retrouvés le chemin de la terre Française. En effet, son groupe a constaté une forte progression de cette « population » d’acheteur sur ces ventes. Le chiffre aurait doublé avec une préférence pour notre capitale et la Côte d’Azur. La vie Parisienne encore assez prisée devient très abordable et nos voisins qui bénéficient d’une valorisation intéressante de leur monnaie face à l’euro peuvent ré-envisager d’investir dans un petit pied à terre « Frenchie ».

Des économies de près de 25 % pour les acquéreurs.

Le responsable de Sotheby’s précisait au Point, que le pouvoir d’achat des étrangers était fortement facilité par la valeur du dollars par rapport à l’euro. L’agence spécialisée dans l’immobilier de prestige constate que les acquéreurs potentiels profitent aujourd’hui d’un plus large choix parmi les villas, maisons ou appartements qui leurs sont proposés et que leur pouvoir d’achat affiche une hausse de près de 50 % se qui contribue à l’envolée des ventes. Hier, les mêmes biens pouvaient coûter jusqu’à 25 % plus cher. La révision des prix et la déflation de l’euro leur permet de dénicher de belles pépites immobilières.

Découvrez l’ensemble des villas et appartements de prestiges à NICE et à PARIS sur lesiteimmo.com

Lesitimmo.com

Immobilier : des envies d’ailleurs pourquoi pas ?

Chaque année certains français « plient » bagages pour changer de région. On estime le volume de cette migration à 700 000 par an. Et, plus de la moitié de la population rêve d’en faire autant d’ici à 5 ans. Une aubaine pour les professionnels de l’immobilier. Mais que recherchent ces « French trotter » ? Quels sont les pièges à éviter ? Dans quelle ville, il est bon d’envisager son avenir ?

Une population de « French trotter » pourquoi ?

Envie de trouver un équilibre qui permet de se sentir bien dans sa vie professionnelle et sa vie privée. Trouver le moyen de se sentir « libre ». En bref, trouver son bonheur mais ailleurs. 3,6 millions de Français ont sauté le pas entre 2001 et 2006. D’après l’INSEE cela représente 6 % de la population Française. Et d’après une enquête diligentée par keljob.com (site de recherche d’emploi), 54 % de la population envisage de quitter sa région d’ici à 5 ans.

« Métro, boulot, dodo » une petite phrase qui résume l’activité journalière des actifs notamment à Paris. Les parisiens passent près de 45 minutes dans les transports. Que ce soit pour se rendre au travail, ou pour aller chercher les enfants chez la nounou, tout se fait à la course. Mais il n’y a pas que cela, il faut bien se rendre compte que le rêve de nombreux Franciliens est de devenir propriétaire de son bien immobilier. Et dès que la famille s’agrandit les espoirs de liberté prennent le dessus. Si Paris est la ville ciblée par les étudiants et les célibataires, elle devient la bête noire quand on commence à agrandir la famille. On voit donc les villes périphériques de la capitale se peupler, de couples avec enfants et souvent on voit cette population se poser la question : « Est si on déménageait ». En règle générale, on a envie de soleil et d’espace. Aussi trois régions Française se détachent largement le Grand-Ouest, le Sud-ouest et enfin le Sud-Est. Mais si l’on veut être plus précis voici les villes qui intéressent nos « French trotter ».

La ville la plus prisée reste Bordeaux qui plaît énormément aux Cadres qui votent à 50 % pour cette belle ville girondine. Les cadres supérieurs et les dirigeants préfèrent Lyon. Et la troisième ville plébiscitée est Nantes. Les personnes qui effleurent l’envie de devenir leur « propre patron » envisage des villes avec une population comprise entre 20 000 et 100 000 habitants.

Si les envies de liberté et d’évasion sont grandes, il s’agit également d’un grand bouleversement. Et il est important de ne pas faire le grand pas sans avoir été faire un « repérage » sur les lieux de vos rêves.

Les pièges à éviter pour un changement réussi.

Le choix de la destination est important :

Les 4 destinations privilégiées restent d’après les sondages Provence- Alpes-Côte d’Azur, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Languedoc-Roussillon. Mais si le soleil brille souvent dans ses régions, l’emploi est bien moins souriant à tout nouvel arrivant. De plus, en termes d’immobilier ces régions ne sont pas forcément les moins onéreuses. Concernant l’emploi, le Nord et l’est sont des régions plus accessibles. Nancy, Metz offrent des perspectives intéressantes. Besançon est considérée comme l’un des territoires les plus dynamiques de France.

Ne pas se précipiter sans repérage :

Il est important de bien repérer son futur « point de chute ». Faire le tour de votre ville ou village, faire un point sur les écoles proches de votre futur environnement, regarder les médecins,… En bref, vous imaginer dans ce nouvel environnement, et bien prendre la mesure des contraintes et des bienfaits de votre future vie. Ne négliger pas l’aspect financier, il est important est l’impact peu parfois faire changer la donne des nouvelles cartes.

Le partage du projet un élément essentiel de la réussite :

Il est impératif de partager son projet avec l’ensemble de la famille. Souvent les déménagements se passent mal s’ils ne sont pas partagés avec tous. De plus, ils devront réapprendre et retrouver leurs habitudes (sport, hobby,…). Aussi, tout peut basculer dans le cauchemar. L’intégration des enfants est un facteur à mettre en avant. Il est important de bien leur expliquer les raisons et de mettre en avant la raison de ce choix et les plus de cette nouvelle aventure pour qu’ils ne soient pas perdus. Le changement sera assez difficile pour eux.

Se faire des amis :

Chaque région, chaque ville, chaque village à ses propres codes. Il est important en tant que nouvel arrivant de bien s’intégrer. Aussi, la présentation ; la communication, l’implication dans les associations ou les clubs sont souvent des moyens d’intégration. Ne pas hésiter à s’ouvrir et à communiquer tout en gardant son individualité.

Le retour aux sources pas toujours facile :

On pense souvent que si l’on retourne dans sa ville d’origine on retrouvera les copains et rien n’aura changé. Mais souvent c’est plus compliqué qu’il n’y paraît. Parce que la ville change, les gens changent et vous aussi vous changez.

Les quatre régions hexagonales passées au crible.

Nord-ouest : angers

Nord-ouest : angers

Les villes d’avenir où il fait bon vivre dans le Nord-Ouest

Dans le Nord-Ouest, les trois premières villes où habiter sont Angers, Rennes et Tours, en effet, l’immobilier y est plutôt bon marché. Les villes sont proches de la mer et de la montagne. Les grandes écoles et les lycéens y sont assez réputés. Côté médecines l’offre des soins est assez bien positionnée. Et la délinquance y est considérée comme faible. En termes de classement sur la région Nord-Ouest, on retrouve de la 4ème à la 23ème place Caen, Quimper, Nantes, Brest, Le Mans, Lorient, Roche-sur-Yon, Saint-Brieuc, Vannes, Bourges, Saint-Nazaire, Rouen, Orléans, Laval, Cholet Le havre, Blois, Chartres, Evreux et Dreux.

Concernant l’emploi le classement change un peu. On va retrouver Nantes en tête puis Rennes et Tours. Le Bassin Nantais à presque doublé en quarante ans. Rennes et Nantes proposent deux métropoles intéressantes avec des secteurs professionnels variés soit l’aéronautique, les services informatiques et l’agroalimentaire. Les cadres sont assez nombreux et les infrastructures proposent des avantages non négligeables. Important, la région compte 7 des 10 villes où le taux de pauvreté est le plus bas de l’hexagone. + 20 % des cadres occupent un emploi très qualifiés dans les villes de Nantes, Rennes, Laval, Brest et Tours.

Et si je souhaite entreprendre dans le Nord-Ouest?

C’est Nantes qui « tire son épingle du jeu » sur le thème. Avec des structures d’aides au développement des entreprises, des étudiants nombreux et une offre universitaire variée. Une population avec un fort pouvoir d’achat et l’installation de nouvelle société.

Les villes d’avenir où il fait bon vivre dans le Nord-Est

dijon ville à vivre

Dijon ville à vivre

Dijon est la ville qui remporte la palme au classement des tops trois, vient ensuite Besançon et Nancy. La capitale Bourguignonne emporte les suffrages. L’immobilier est très avantageux dans ce secteur et les structures de transport se sont bien étoffées. La partie universitaire est très prisée, le seul point noir de cette région la sécurité. De la quatrième à la vingt-sixième place on retrouve, Strasbourg, Colmar, Metz, Reims, Amiens, Troyes, Lille, Mulhouse, Arras, Boulogne-sur Mer, Dunkerque, Valenciennes, Douai, Saint-Quentin, Chalon-sur-Saône, Belfort, Calais, Montbéliard, Charleville-Mézières, Béthune, Maubeuge, Beauvais et Lens.

Pour travailler, Lille est plus favorable suivi de près par Dijon et Nancy. C’est son passé industriel qui pose la ville de Lille comme le leader. Mais son statut de grande métropole et ses atouts en transports en font un choix judicieux. Néanmoins, le taux de pauvreté est assez élevé et les revenus sont plus faibles.

Et si je souhaite entreprendre dans le Nord-Est?

C’est la ville Européenne de Strasbourg qui va prendre le pas sur le palmarès des villes. Suivi de près par Lille et Metz. Avec des aides économiques intéressantes, Strasbourg ouvre ses portes aux entrepreneurs. La grande industrie permet d’asseoir la région avec des grandes enseignes comme Peugeot et Massey-Ferguson.

Montpellier ville à vivre

Montpellier ville à vivre

Les villes d’avenir où il fait bon vivre dans le Sud-Ouest

C’est Montpellier qui bat Poitiers et Pau en termes de bien vivre dans le Sud-Ouest. La ville universitaire de Montpellier attire toujours autant. Avec son réseau de tramways et un centre-ville réaménagé, la ville offre de réelle opportunité. Dynamisme et animation donne du rythme à la ville proche de la mer. La ville intéressante en termes d’immobilier Montpellier reste un atout sûr. La délinquance reste peu élevée ce qui rassure. Du quatrième rang au dix-huitième rang on liste Limoges, Toulouse, Albi, Bordeaux, Angoulême, Bayonne, La Rochelle, Nîmes, Béziers, Perpignan, Montauban, Niort, Narbonne, Brive la Gaillarde, Carcassonne.

Pour bosser dans le Sud-Ouest la palme revient largement à la ville de Toulouse. Par son dynamisme, pour la population et l’emploi bien sûr, Toulouse est la ville numéro un devant Bordeaux et Montpellier. Un bassin d’emploi qui offre des ouvertures sur l’aéronautique et le tourisme. Une forte compétitivité. Pourtant le paradoxe réside dans le taux élevé du chômage.

Et si je souhaite entreprendre dans le Sud-Ouest ?

C’est Bordeaux qui ouvre le plus de porte aux entrepreneurs. Son port favorise les entrées maritimes et propose des opportunités que n’ont pas ses consœurs Toulouse et Montpellier. Une ligne ferroviaire qui permet un accès plus facile. On compte deux gros pôles de compétitivité, une dizaine de pépinières et d’incubateurs d’entreprises qui dynamisent énormément la ville girondine. C’est la ville où le taux de création d’entreprise est le plus élevé.

Les villes d’avenir où il fait bon vivre dans le Sud-Est

Clermont Ferrand ville à vivre

Clermont Ferrand ville à vivre

C’est Clermont-Ferrand suivi de près par Nice et Marseille qui remporte la palme de la ville à vivre dans le Sud-Est. C’est le prix de l’immobilier qui attire dans cette ville Auvergnate. L’exode rurale qui a longtemps desservie la ville s’est arrêté et s’inverse aujourd’hui. Avec une météo fort agréable, des installations universitaires de qualités et un taux de délinquance uniquement bas, la ville ressemble à un havre de paix. Les deux perdantes du podium, si elles affichent une météo exemplaire, elles restent cependant loin derrière Clermont-Ferrand. Notamment en termes de délinquance et de prix immobilier qui explosent. Dans le secteur Sud-Est on note de la quatrième à la vingt-troisième place Aix-en-Provence, Toulon, Grenoble, Saint-Etienne, Bastia, Avignon, Chambéry, Lyon, Cannes, Antibes, Annecy, Ajaccio, Valence, Fréjus, Saint-Raphaël, Roanne, Aubagne, Draguignan, Arles, Grasse et Salon-de-Provence.

Pour Bosser le lion Lyonnais rugit en première place, devant Aix-en-Provence et Grenoble. La région est riche aéroport avec 3 grands pôles (Nice, Lyon et Marseille). La région est aussi considérée comme la plus riche car elle comprend les trois villes les plus riches de l’hexagone avec Annecy, Aix-en-Provence et Antibes. Forte en recherche, la région Sud Est accueille des sommités en termes de chercheurs. Lyon est un pôle industriel et offre de nombreuses opportunités en emploi.

Et si je souhaite entreprendre dans le Sud-Est ?

Dans ce domaine-là, c’est Lyon qui offre les plus beaux atouts. Deuxième pôle universitaire de France, la capitale des gaules offre également des infrastructures de transports importantes. Les aides économiques sont importantes dans la cité Lyonnaise et ses abords.

Alors faites votre choix avec www.lesiteimmo.com pour trouver la bonne opportunité immobilière que ce soit un appartement, une maison, une villa.

Lesiteimmo.com

Immobilier : La reprise de l’immobilier est amorcée

Le marché de l’immobilier semble retrouver des couleurs, et les professionnels du secteur s’en félicitent. Néanmoins, cette reprise semble sectorisée. Alors quels sont les points forts qui favorisent la reprise ? L’embelli touche telle l’ensemble des acteurs du marché de l’immobilier ?

Les points forts qui favorisent la reprise.

C’est grâce à quatre éléments essentiels que les professionnels nous affirment que la reprise est là. Alors intox ou vérité ? Les facteurs sont biens présents. La prise de conscience des propriétaires et la révision à la baisse de leurs prix, environ 2,7 % en général sur le territoire national est l’un des principaux éléments qui à permis de relancer le marché de l’immobilier. Ensuite, même si l’on ai loin des sommets des transactions sur ses 10 dernières années, la reprise des ventes dans l’ancien poussée par la nouvelle législation permet de retrouver un regain de sourire. De plus, les emprunts qui ont atteint l’année dernière des taux historiquement bas ont largement aidés à la prise de décision pour l’achat d’un appartement ou d’une maison.

En fait, le crédit foncier estime à près de 750000 le nombre de transactions dans l’ancien pour cette année 2015. L’accélération s’est surtout ressentie au Troisième trimestre d’après les professionnels de l’immobilier.

Le haut de gamme n’est pas en reste.

Que se soit Barnes, Sotheby’s,… les professionnels du prestige s’accordent à dire que les acheteurs sont bien présents et que leurs investissements ont permis de faire diminuer les stocks des agences de près de 25 %. La correction des prix est l’un des facteurs mais la baisse de l’euro à aussi largement favorisé la reprise.

Le neuf aussi de retour.

Les promoteurs, constructeurs de maisons individuelles ne sont ps à la traîne. Leurs carnets de commande ont bien progressé. Les dispositions gouvernementales ont favorisé les ventes qui affiche une hausse de 6 %. Les professionnels du neuf insistent sur le fait que le dispositif pinel plus avantageux que son prédécesseur Duflot favorise très largement le neuf et permet de retrouver un niveau équivalent à celui de 2011. Certains professionnels précisent que les investisseurs se sont principalement manifestés en province, dans les grande agglomération tel que Lille, Lyon, Marseille, Montpellier (changement de zone pour ces quatre grosse agglomération). Néanmoins, le foncier reste assez cher et les professionnels de l’immobilier neuf demandent aux collectivités de bien vouloir revoir leurs prix à la baisse afin de faciliter les construction.

Lesiteimmo.com vous propose de retrouver l’ensemble des programmes sur la France.

A lire aussi :

Immobilier ancien : une radio du marché qui semble repartir un peu…

Immobilier Neuf : le retour des investisseurs sur le marché

 

Immobilier Paris : « Multiloc » la nouvelle solution pour le logement Parisien

Pour lutter contre le syndrome du logement vacant au cœur de la capitale la ville de Paris a signé la première convention « multiloc » avec une agence immobilière. Objectif diminuer le nombre de logements vacants et rendre plus abordable le logement à Paris.

Le principe de la convention multiloc

Redonner l’accès au logement à Paris pour la classe moyenne. Ainsi, le propriétaire d’un appartement qui désire remettre en location son bien immobilier, et qui accepte certaines conditions pourra bénéficier de primes.
Il faut pour cela que le propriétaire accepte de louer son appartement à un prix inférieur de 20% au prix de référence du marché. Il devra relouer son appartement par le biais d’une agence immobilière conventionnée « multiloc ». Lorsque l’ensemble de ses conditions seront ainsi remplies, le propriétaire pourra se voir octroyer des primes par la part de la mairie de Paris.

Quelles sont les primes octroyées ?

Si votre logement est vacant depuis plus de 6mois la prime totale pourra atteindre 10 000 euros. La répartition est celle-ci :
• 2000 euros pour pour la mise en location de son appartement à un prix inférieur au marché,
• Jusqu’a 7000 euros pour la remise en état de l’appartement qui va être louer,
• 1000 euros si votre appartement à une notation excellente en terme de diagnostic énergétique.
De plus, la mairie de Paris s’engage à couvrir la charge de garantie de loyer impayés à hauteur maximum de 400 euros par an sur une durée de 3 ans.

Mais Anne Hidalgo tient également à rémunérer l’effort de l’agence immobilière en octroyant également une prime de 1200 euros à l’agence qui trouvera les propriétaires bailleurs prêt à revoir ses exigences locatives à la baisse.

Une démarche symbolique.

La mairie de Paris n attend pas des résultats sur le marché du logement vacants phénoménaux. Il s’agit pour la maire de Paris de redonner au parisien la moyen d’accéder à la location à des prix modérés. Ainsi la ville estime entre 40 000 et 100 000 le nombre de logements vacants pouvant bénéficier de cette mesure.
La maire de Paris a voulu enrayer les dispositif plus punitifs qu’incitatifs et redonner à Paris un logement descend. Néanmoins, la ville de Paris ne pense pas atteindre les objectifs similaires à la loi concernant l’encadrement des loyers, dispositif mis en place le 1er août 2015 sur la ville de Paris.

Voir la liste des appartements à louer à Paris sur www.lesiteimmo.com

A lire aussi :

L’encadrement des loyers les propriétaires n’en démordent pas

Le plafonnement des loyers à Paris on en est où ?

Aix en Provence : Les négociations sont âpres pour les propriétaires

Ancienne capitale de la Provence, actuellement siège de la communauté d’agglomération du pays d’Aix située dans la région Provence-Alpes côte d’azur, Aix en Provence compte aujourd’hui environ 141 148 habitants. Ainsi, la Ville thermale devient la 23 ème ville de France. Intégrée dans la zone urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, la zone devient la troisième aire urbaine de France.

Ville d’eau et de festival, Aix en Provence est historiquement connue. Le parc de logement de la ville est constitué pour 90,1 % de résidences principales dont 22 % de maisons et 78 % d’appartements. Près de 40 % de la population est propriétaires de son logement et 58 % est locataire.

Alors comment se porte le marché de l’immobilier à Aix en Provence ?

Depuis 2014, les prix chutent de près de 5 %, ce qui porte à près de 17 % la baisse globale sur les quatre dernière années. Les marges de négociations atteignent près de 10 %. Ce sont les maisons et les appartements de la ville d’Aix en Provence qui ont un prix inférieur à 400 000 euros qui permettent de relancer le marché de l’immobilier sur la belle ville d’Aix en Provence.

Un point sur les quartiers !

Les baisses du marché immobilier à aix en provence

Les baisses du marché immobilier à aix en provence

Dans le centre historique c’est les immeubles sans extérieur qui tiennent la part belle de la baisse avec un prix moyen de 3800 euros soit une baisse de 5 %.

Dans le quartier du palais de justice et Mazarin, une baisse générale des appartements de 5 % avec un prix moyen qui oscille de 4400 à 5200 euros.

Le quartier Mirabeau, quant à lui, est bien moins touché par cette baisse générale de la ville d’Aix en Provence. En effet, le maximum des négociations peuvent atteindre en général 4 %. Le prix au mètre carré reste assez élevé entre 6300 et 6 600 euros.

Les quartiers de l’hôpital et St Donat eux voient les baisses osciller entre 4 et 6 % ce qui permet de négocier les prix en mètre carré des maisons et résidence de 3200 à 4600 euros.

Les plus fortes baissent de prix sont affichés sur les quartiers de Gambetta, Cuques et Jas de bouffan ou l’on avoisine les 8 % de baisse. Ainsi les prix plancher au plus bas atteignent 2500 euros et au plus haut 4100 euros pour les immeubles et résidences.

Les secteurs de St Jérôme, Beauregard et la Torse affichent une baisse en moyenne de 4,5 % et les prix oscillent pour les résidences de 2600 à 4 400 euros.

Si la ville d’Aix en Provence offre quelques opportunités intéressantes et des baisses de prix avantageuses, les abords immédiats eux sont plus difficilement abordables et les maisons sur les collines sont plus à mal pour les ventes. Ainsi, un bien avec vue sur la Ste Victoire s’est vendu en-deçà de son prix de l’ordre de 300 000 euros. Une perte franche pour ce propriétaire obligé de revoir son prix de vente.

Les professionnels eux présage une baisse de près de 8 % dans le secteur de la Duranne ou l’offre est pléthorique.

Retrouvez tous les produits de la ville d’Achat maison, appartement à Aix en Provence.

Profitez des baisses de prix à Aix en Provence proposées par www.lesiteimmo.com

Paris : Le plafonnement des loyers à Paris on en est où ?

Le 25 juillet dernier le préfet de Paris promulguait le décret concernant le plafonnement des loyers, suite à la mise en place de la loi ALUR. Mesure applicable aux nouveaux baux ou à ceux en renouvellement à compter de cette date. Aussi, le loyer demandé au locataire dot être compris dans une fourchette exprimée hors charges et en fonction du nombre de mètre carré habitable. La fourchette minimum est fixée a 70 % du loyer de référence calculé par l’OLAP. A contrario, la fourchette haute se situe à 120 % du loyer de référence. Selon le mensuel le revenu, les professionnels de l’immobilier à Paris, indiquent qu’environ 15 % des baux signés seraient en-dessus de la fourchette haute. Ainsi on devrait voir s’appliquer un fort réajustement des valeurs locatives sur la région parisienne.

Retrouvez toutes les locations à Paris ici !

Alors quelles sont les bonnes méthodes pour la révision de son loyer ?

Pour éviter de se tromper il est important de bien connaître le dispositif mis en place pour Paris et sa région. Compliqué de gérer la capitale en termes de loyer. Pour ce faire, 14 zones géographiques ont été définies. Chacune de ces zones et divisés en quartier. Dans chaque zone on a établi un loyer moyen en tenant compte de l’époque de construction, et de la taille du logement. Pour chaque logement il est donc défini un loyer de référence, un loyer minimum et un loyer maximum. Dans le cas où le loyer de l’appartement qui doit être loué dépasse le plafond maximum, le locataire peut demander la révision lors du renouvellement ou lors de son accession à la location. A contrario, un logement dont le loyer est trop en-deçà du loyer médian pourra être révisé à la hausse par le bailleur. Ces révisions peuvent être faite de manière amiable ou devant une commission départementales de conciliation. Néanmoins l’harmonisation d’un marché et très compliquée et notamment la prise en compte des spécificités immobilières reste trop importante pour l’ignorer. Certaines fédérations de professionnels ont même déposé des recours.

Une meilleure fiscalité pour le meublé.

Les appartements qui sont meublés à destination de la location obtiennent plus d’avantages que les appartements dits «vides ». En effet, concernant l’encadrement des loyers, vous bénéficiez d’une majoration par mètre carré non négligeable de 11 % sur votre loyer de référence. Outre l’avantage de la durée de location du meublée, la fiscalité est nettement plus alléger. En effet, les loyers sont soumis au régime BIC et permettent de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50% sur vos frais. De plus, si vous avez recours à un emprunt bancaire pour l’acquisition de votre meublé, sachez que le régime du bénéfice réel s’applique. Ainsi, vous pourrez déduire les frais et les charges au même titre que les intérêts d’emprunt. Dans le cadre d’un bénéfice, celui-ci sera reportable et surtout non imposable. Attention cependant à la notion de meublée qui comprend depuis le 1er septembre dernier 11 éléments en termes de mobilier dans le logement.

Les compléments obscurs de la loi.

Une loi assez obscure cependant concernant les logements spécifiques qui permet de procéder à certains ajustement du montant du loyer en tenant compte des « petits plus » de votre appartement ou de votre maison à paris. Le tout est de savoir quels sont les caractéristiques qui vont permettent de rajouter un complément au montant du loyer. Trois conditions essentielles :

  • Les qualités ne doivent pas être prises en compte dans la détermination du loyer maximal.
  • Ces qualités doivent être déterminantes pour la comparaison avec les logements de la même catégorie et dans le même secteur.
  • Ne pas faire l’objet de charges payées par le locataire.

En bref, si vous avez un jacuzzi, une vue imprenable sur un site,….

Gérez-vous même votre appartement.

La gestion n’est pas une chose facile. Gérer les visites, remplir les différentes formalités, vérifier la bonne solvabilité de vos locataires, gérer les relances, les loyers, les impayés. Sans oublier les petits tracas quotidiens tel que les problèmes de serrures,…. A noter que depuis le 1er août 2015, un contrat type de location, conforme aux normes du dispositif ALUR devrait vous permettre de mieux gérer votre location. Bien sûr vous pouvez céder cette lourde partie à une agence immobilière qui vous prendra une petite commission de 7 à9 % assise sur les loyers. Aussi attention que ces charges ne viennent pas intégralement « manger » votre marge voir imputer d’une bonne partie vos revenus.

Comment faire le réajustement ?

Dans le cas d’un loyer sous-évalué, le bailleur doit respecter un certain nombre de formalités. Adresser au moins 6 mois avant l’échéance du bail par lettre recommandée avec accusé de réception une proposition de révision. Cette lettre doit bien préciser le montant de la révision et notifier la liste des loyers de référence constatée dans le voisinage pour les logements comparables. La hausse est inférieure ou égale à 10 % elle sera répartie en part égale sur la durée du bail, part tiers sur 3 ans ou part sixième sur 6 ans. Si la réévaluation est supérieure à 10 % elle sera obligatoirement répartie sur 6 ans même si le bail est renouvelé pour une durée inférieure.

A lire aussi :