Immobilier Neuf : 2019 recul par rapport à 2018

Par Émeline le 30 janvier 2020 316 vue(s)
Recul annoncé par le gouvernement pour l'immobilier neuf

Immobilier neuf, que s’est il passé sur cette année 2019 ? Rien de bon, les chiffres dévoilés par le ministère de la cohésion des territoires annoncent un repli des constructions de logements de plus de 2% et une baisse de également des mises en chantier.

Immobilier neuf : analyse des chiffres.

Globalement l’année n’a pas été aussi bonne que 2018, moins 10 500 unitées construites par rapport à l’année précédente. Concernant les mises en chantier ce sont 4 100 logements de moins. Néanmoins, la fin d’année 2019 (chiffres du 3eme trimestre) sont plus optimistes avec un rebond des chiffres de + 12, 3% pour les autorisations des logements collectifs ou résidences. Pour leur part les logements individuels, qui se sont « taillés la part du lion », cette année restent sur leur progression de plus de 2%.

Mais où se situent, en immobilier neuf, les meilleurs chiffres pour 2019 ?

La Corse est la mauvaise élève de l’année puisque les autorisations ont chuté de plus de 19 %. Les hauts de France et l’île de France. Pour les régions, bonnes élèves, on retrouve la région Auvergne Rhône Alpes avec une croissance de 5 %. Les Pays de Loire avec une augmentation de près de 8%. Mais le record c’est le Centre-Val-de-Loire qui l’atteint avec un score de près de 18 %, pour ses logements commencés sur 2019.

Qu’en pensent les professionnels du secteur ?

Pour la Fédération de Promoteur Immobilier ( FPI), les chiffres sont à remettre en perspective. « Le marché fonctionne aujourd’hui à rebours de la volonté du Gouvernement de lutter contre l’artificialisation et d’encourager la densification et la reconstruction de la ville sur elle-même », déclare la Fédération. Alexandra François-Cuxac insiste : « Mais il ne faut pas se dissimuler pour autant que les chiffres du logement collectif, en baisse sensible par rapport à la période 2016-2018, restent décevants. Nous peinons toujours à lancer des programmes dans les villes, où les besoins de logements sont les plus criants. » De quoi alimenter les débats. Mais les élections municipales ne seraient-elles pas une ombre qui pourraient atteindre ces chiffres ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *