Immobilier : comment donner plus de valeur à votre logement avant sa vente ?

Depuis la mise en place du DPE (Diagnostic de Performance Énergétique), les acquéreurs sont devenus très vigilants concernant cette information lors de l’étude de leur acquisition. Alors avant de mettre en vente votre appartement ou votre maison, il est important de prendre la précaution de connaître la valeur du DPE de votre logement. Si la valeur de votre DPE est au-delà de la valeur D, il faudra envisager des rénovations qui pourrait « booster » le prix de votre bien immobilier lors de sa vente, sans pour autant que cela ne vous coûte trop cher.

Une étiquette qui fait varier les prix de l’immobilier.

Depuis le 1er janvier 2011, les étiquettes DPE sont devenues obligatoire pour toutes les ventes immobilières. La première étiquette permet de connaître la quantité de gaz à effet de serre dégagée par la maison. La seconde étiquette correspond à la consommation d’énergie de la maison. 90 % des acquéreurs d’un bien immobilier estiment que le DPE est un critère de choix pour l’acquisition de leur bien immobilier.

Aussi, lorsque le DPE indique que la future acquisition est « énergivore » (DPE D à G) les acquéreurs se font plus rares pour cet appartement ou cette maison. Cette prise de conscience s’explique par l’étude de plusieurs facteurs. Tout d’abord le constat de la montée des prix des diverses énergies qui représentent plus de 20 % par rapport à seulement 4 ans, d’où une inquiétude face à la facture énergétique pour l’acheteur. Ensuite, une étude montre que seulement 14 % des biens immobiliers mis en vente ont une étiquette énergétique en-deçà de la lettre D. La rareté de ces produits leurs confères un avantage plus qu’évident en termes de vente.

Les classes D à G se vendent moins cher.

En effet, les logements dits : « énergivore » se vendent bien moins cher que ceux qui sont classés avec une étiquette énergétique comprise entre A et C. Sur une étude faite, sur la France métropolitaine, concernant les appartements et les maisons, en prenant l’étiquette D comme valeur moyenne sur une maison, on constate des dévalorisations de prix peuvent aller de – 7% à -16 % en fonction du secteur géographique. A contrario, sur le même type de comparatif, on constate des négociations à la hausse sur le prix de vente allant jusqu’à plus de 12 % dans certains secteur géographique car l’étiquette énergétique est égale à la lettre A. Bien sûr, les produits neuf se placent forcément bien, puisque ils doivent répondre obligatoirement à l’ensemble des normes de la RT 2012.

Comme indiqué précédemment ces variations de prix en fonction du label énergétique sont étroitement liées au marché immobilier et au secteur géographique. On n’achète pas un appartement au même prix à Paris et à Lyon. Le prix au mètre carré va varier en fonction de son emplacement et de l’offre et de la demande liée au secteur géographique, voir à la rue. Néanmoins, l’étiquette énergétique sera un point qui va animer les débats sur le prix de l’achat de l’appartement ou de la maison. Un bien classé en F sera bien plus dévalorisé qu’un bien immobilier qui se verra octroyer la belle note de A par les diagnostiqueurs. De plus, la valeur énergétique sera bien plus observée par l’acquéreur lorsque celui-ci envisage d’investir dans un bien en haute montagne par rapport à un bien en plein centre ville.

L’acheteur est de plus en plus vigilant sur la classe énergétique puisqu’elle impacte directement son portefeuille. En effet, un bien mal classé engendre forcément pour l’acquéreur une surcharge en termes de chauffage. Ainsi, une mauvaise isolation pénalise fortement le prix de l’appartement ou de la maison. Les statistiques montrent que près de 60 % des acquéreurs sont près à verser un montant plus important concernant leurs loyers pour être doté d’un logement avec une note énergétique plus intéressante. De plus, les syndics constatent une forte augmentation de demandes de congés, voir de renégociation des loyers lorsque leur logement est trop consommateur en termes de chauffage.

La rénovation pour une meilleure étiquette.

Environ 70 % des vendeurs restent stoïque face à la dévalorisation de leur bien à cause de la valeur énergétique de leur appartement ou de leur maison. Tandis que les bailleurs, eux, tendent à se lancer dans les rénovations de leur patrimoine immobilier pour augmenter la valeur de leur bien et surtout pour éviter les vacances locatives qui pourraient leurs coûter cher. Voir à augmenter leur revenus en octroyant une meilleure performance à leur bien immobilier. Sachant que ces rénovations sont partiellement délocalisables  avec le POPE et que près de 88 % des acheteurs sont attentifs aux valeurs énergétique, il est temps de penser à la rénovation et surtout à ce mettre en conformité avec la norme RT2012. Nombreuses sont les agences immobilières qui subissent l’impact des valeurs énergétiques lors de la négociation du prix du bien.  De plus, cet indicateur peut rallonger de plusieurs mois la vente de votre bien si elle est considérée comme critique par les acheteurs.

Alors vous vendeurs ou vous bailleurs pensez à optimiser vos chances en rénovant votre appartement ou votre maison !

 

Lesiteimmo.com

Immobilier droit de mutation : la hausse des droits de mutation va être définitive.

La hausse des droits de mutation qui ne devait être que momentanée et ne concerner que des transactions réalisées du 1er mars 2014 au 29 mars 2016, devient maintenant définitive.

Encore une taxe qui passe inaperçue dans le flot des nombreux amendements.

Alors qu’est-ce que le droit de mutation ?

Les droits de mutation ou encore appelés droits d’enregistrement correspondent aux taxes perçus par le notaire pour le compte de l’Etat et des collectivités pour chaque changement de propriétaire d’un bien immobilier.

Le gouvernement a décidé d’autoriser les départements à procéder à une hausse de ces derniers.

Ainsi le taux de cette taxe sur la vente d’un bien immobilier est ainsi passé de 3,8 % à 4,5 %. Cette hausse qui devait être seulement momentanée et appliquée sur les transactions du 1er mars 2014 au 29 mars 2016 vient de changer de statut. Sans faire de bruit, le gouvernement a voté un amendement qui permet maintenant de conserver ce taux pour l’ensemble des conseils généraux qui le désirent.

Pourquoi garder un taux à 4,5 % ?

Le gouvernement justifie sa décision par une « gracieux » geste envers les collectivités locales qui devront faire face à des baisses de dotations provenant de l’Etat dans leurs budgets. En bref, le contribuable devra pallier à une diminution de subvention de l’Etat envers les collectivités.

 

Immobilier : Sylviane Bulteau s’attaque au bon coin

En actu, Sylviane Bulteau a proposé à l’assemblée Nationale de réglementer les ventes immobilières entre particuliers.

Elle indique que cette demande à pour objectif de limiter le manque à gagner de l’état : « si l’on considère une somme moyenne de 6 000 euros HT sur ces transactions, à laquelle on applique 20 % de TVA (…), 312 millions d’euros environ de manque à gagner pour l’État »…

Pour Sylviane Bulteau, il s’agit d’une concurrence « déloyale » vis-à-vis des agents immobiliers.

Ainsi elle  propose, dans une question écrite à l’Assemblée, de « s’attaquer aux sites de petites annonces comme Le Bon Coin ou PAP ».

Leboncoin afficherait seulement 30 % de biens de particuliers sur son site. Les 70 % restant seraient des biens proposés par des professionnels.

 

Le Marché de l’immobilier : bilan de 2013 et prévisions pour 2014

Les prévisions pour le marché 2014Le nouvelobs interroge le courtier Meilleur taux sur l’étude qu’il a commandé à Xerfi.

Les prévisions du médiateur du monde économique, Xerfi, pour l’un des acteurs financier du marché, meilleur taux, augure une stagnation des volumes des transactions grâce au maintien des taux de crédit pour l’immobilier à un niveau assez faible.

Le bilan du marché immobilier 2013 fait apparaître des prix en légère baisse et un investissement peu probant des acheteurs. Heureusement, malgré le climat économique et social difficile les acquéreurs ont montré de l’intérêt puisque les ventes ne sont pas restées nulles ! Monsieur Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision chez XERFI commente : « ainsi, nous anticipons un volume de 650 000 à 680 000 transactions, en recul de 3 % par rapport à 2012 » ce qui explique que les prix de l’immobilier aient légèrement régressé sans s’effondrer.

Le bilan de 2013 :

Les investissements locatifs en chute libre dans le neuf :

Sandrine Allonier, précise : « Aujourd’hui, ils ne sont que 16 % à privilégier un achat dans le neuf, contre près de 40 % en 2011… ». Le courtier a constaté une chute de 46 % sur 2 ans des investissements locatifs. Ainsi, les investisseurs représentent  moins de 10 % des demandes de crédit en immobilier cette année par rapport au 14,5 % constaté en 2011.

Les professionnels du neuf vous chouchoutentLes résidences secondaires suivent la même courbe :

La fiscalité immobilière concernant les plus-values sur les ventes de résidences secondaires qui restent à l’étude pour le projet de loi de finance 2014 a fortement entaché le volume des acquisitions de ce type de biens. Meilleur taux a constaté une courbe descendante de près de 25 % en un an. Les Parisiens qui représentent la proportion la plus élevée des acquéreurs de résidence secondaires ont  vu le taux baisser de 4 points cette dernière année.

La Fédération des Promoteurs Immobilier (FPI)Qu’en est-il du neuf ?

Si Cécile Duflot a essayé de booster les ventes en proposant un projet de loi, la Fédération des promoteurs immobiliers tire « la sonnette d’alarme ». Près de 18 % de mise en chantier restent en péril. Et les investisseurs sont restés sourds à la nouvelle loi Duflot.

sale houseQuel impact ont les taux d’intérêts sur les ventes immobilières pour 2013 ?

Le niveau des taux d’intérêt incroyablement bas cette année a permis d’augmenter le niveau du volume de crédits immobilier. Avec des sursauts concernant le nombre de dossier de crédit immobilier constatés lors du 1er trimestre et en septembre 2013. Xerfi et la banque de France estime que le montant global des crédits immobilier en France atteindra 140 milliards cette année, 40 % de plus par rapport à 2012 et un montant presque identique à 2011.

Les prévisions pour l’année 2014

Le courtier envisage une stabilisation des prix ajustée en fonction de la qualité du bien, l’emplacement et la saisonnalité. En effet, pour meilleur taux la combinaison du niveau de chômage et la hausse des taux de crédits immobilier aura de fort impact pour 2014. Les futurs acheteurs seront confrontés à la hausse des droits de mutation et le projet ALUR pourrait désengager les investisseurs.

Lesiteimmo.com

Emprunt : quel est le profil du nouvel emprunteur ?

EmpruntEmpruntis a publié une étude sur le crédit immobilier qui démontre que les prix de la pierre ont fortement progressé et restent accessibles seulement à certain profil d’ emprunteur.

Et oui, les chiffres le prouvent même si aujourd’hui, on nous annonce une légère baisse des prix en immobilier. La pierre n’est toujours pas accessible à l’ensemble de toutes les bourses françaises.

Empruntis constate que les 4 indicateurs majeurs augmentent considérablement ainsi :

  • le montant moyen emprunté explose en 2013 puisqu’il passe à 168 409 € sur l’ensemble de la France (hausse de + 5 %) et la région Ile de France se voit attribuer une belle enveloppe de 221 104 € en moyenne;
  • par ailleurs, le montant de l’apport qu’attribue un ménage à son emprunt passe à environ 52 000 euros en moyenne.
  • de plus, l’âge moyen affleure plus  les 37 ans, contre 34 ans en 2012.
  • enfin, la considération qu’en dessous de 4 500 € de revenu net, vous ne pouvez pas emprunter sereinement aujourd’hui.

En bref, ce type de profil pourra prétendre à l’acquisition d’un bien à 220 387 € en France. Soit un joli appartement de 94 m² à Strasbourg, contre un joli petit studio de 26 m² à Paris.

Alors sommes-nous tous égaux face aux crédits immobiliers que nous accordent les banques ?

Faites un test en simulant votre prêt immobilier Simulez votre prêt

Lesiteimmo.com

Compte à rebours pour le salon de l’immobilier à Lyon

reboursDans 2 jours, le salon de l’immobilier à Lyon ouvrira ses portes le 11 octobre à 10h00 à la Cité Internationale. De nombreux exposants vous accueilleront pour vous parler de programmes neufs, de construction de maisons individuelles, d’achat de patrimoine dans l’immobilier ancien.

De nombreux promoteurs régionaux et nationaux sauront vous proposer des opportunités à ne pas manquer. Rencontrez-les sur leurs stands, et échangez sur les opportunités actuelles.

Vous pourrez également assister à de nombreuses conférences pour vous informer sur les nouvelles réglementations, nouvelles lois, par exemple : présentation du dispositif Duflot, contrat et réglementation thermique. Des thèmes importants, pour prendre les bonnes décisions pour votre investissement.

Vous rencontrerez également les professionnels liés au secteur de l’immobilier, qui vous conseilleront.

Rendez-vous sur le site dédié au salon pour plus d’informations, et vous pourrez trouver vos entrées gratuites. Alors rendez-vous le 11 octobre !

Lesiteimmo.com

Gagner du temps et de l’argent en confiant votre prêt immobilier à un professionnel !

3d small people -Quel emprunteur n’a pas dû suivre la fastidieuse route du démarchage des banques ?

Nombreux sont les courtiers qui ont su prendre le virage de l’internet. Ces professionnels vous permettent d’obtenir rapidement des informations sur :

  • Les tendances des taux d’emprunt,
  • Les assurances des prêts,
  • Les différents prêts et avantages.

Ces courtiers vous proposent grâce à leur site des outils vous permettant de connaître :

  • Le montant de votre prêt,
  • Le montant de vos mensualités.

Ces outils vous permettront d’éviter les longs démarchages auprès des différents établissements bancaires.

Que ce soit auprès d’Empruntis, Meilleur taux, Cafpi, vous devrez répondre à un questionnaire concernant :

  • votre situation familiale,
  • votre salaire,
  • vos revenus,
  • vVotre projet, qu’il ait attrait à de la résidence principale, secondaire ou plus simplement pour de l’investissement.

Le courtier pourra en quelques clics vous dire si votre projet est viable et possible.  Sous 24 à 48 heures,  le courtier vous informe de la recevabilité de votre projet et le présentera ainsi à ses partenaires banquiers (environ 100).

Le courtier s’occupe :

  • de la présentation à toutes les banques susceptibles d’accepter votre projet,
  • d’obtenir le meilleur coût de crédit auprès de ses partenaires.

Si le courtier en prêt immobilier vous facilite grandement la vie en s’occupant des démarches longues, fastidieuses, il ne pourra signer de contrat en votre nom et vous devrez vous rendre en agence pour valider le crédit auprès de l’établissement prêteur.

Aujourd’hui 20 % des emprunteurs passent par internet, mais le taux augmente régulièrement.

Faites une demande, ça ne vous engage à rien, auprès du partenaire de www.lesiteimmo.com

index

 

[lesiteimmo.com]

 

Immobilier neuf, vers de nouvelles incitations fiscales

immobilier neuf cecile Duflot[lesiteimmo.com]Le gouvernement s’est fixé comme objectif la construction de 500 000 logements neuf par an, dont 150 000 logements sociaux.

Bercy, par l’intermédiaire de Monsieur Cahuzac, envisage de soutenir le marché en mettant en place de nouvelles incitations fiscales. Une partie de l’assurance vie, « quelques dizaines de milliards d’euros », seront mobilisés pour soutenir un marché en recul de 20%.

L’objectif du gouvernement est la baisse du coût du logement pour permettre à un plus grand nombre d’accéder à la propriété.

Nexity profite déjà de cet effet d’annonce, et voit son cours de bourse progresser de 10% lors de la séance du jeudi 7 fevrier 2013.

Après la mise en place du dispositif Duflot, le gouvernement ne souhaite pas multiplier les incitations fiscales, mais veut agir en amont sur les coûts de mise en chantiers. La nouvelle stratégie du gouvernement est de permettre aux promoteurs et aux constructeurs de vendre des biens immobiliers moins chers.

Le rapport de Karine Berger et Dominique Lefebvre sur l’épargne longue (attendu fin février 2013) devrait permettre un éclairage sur les prochaines actions gouvernementales.

 

 

 

 

 

 

Vous souhaitez acheter ou investir dans le neuf, tout l’immobilier neuf sur www.lesiteimmo-neuf.com

Comment bien négocier les prix en immobilier

Pas simple de se retrouver dans la jungle des prix immobilier. Le nombre d’annonces immobilières en vente est en constante augmentation et après plus de 10 ans de hausse, les prix se contractent sensiblement. Mais comment reconnaître une bonne affaire parmi tous ces biens en ventes ?

Les vendeurs pressés de vendre, poussés par les accidents de la vie (divorce, décès, perte d’emploi…) sont pris dans une spirale baissière et acceptent de plus en plus une forte baisse du prix de vente plutôt que d’attendre le « pigeon » qui ne passera pas.

Pour permettre aux acheteurs de bien négocier leurs achats, Lesiteimmo.com affiche sur toutes les annonces l’évolution du prix de vente, depuis quand ce produit est à vente ainsi qu’un comparateur de produits semblables.

Avec Lesiteimmo.com les acheteurs d’un bien immobilier bénéficient d’outils exclusifs pour négocier.

 

Vous avez trouvé votre coup de cœur ? Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez-vous pour visiter votre maison ou votre appartement, et bien négocier !

[lesiteimmo.com]

Logement dans le Neuf : un 3ème trimestre en baisse

Le 27 novembre dernier le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie communiquait une chute des ventes dans le neuf de 24,9 % en France sur le 3ème trimestre.

En effet, l’annonce de la prolongation jusqu’au 31 mars 2013 du dispositif d’investissement locatif de la loi Scellier incite certains promoteurs à ralentir le lancement de nouveaux programmes.

Si le nouveau dispositif proposé par le ministre du logement Cécile Duflot est plus intéressant fiscalement, puisqu’il permet une réduction d’impôt de 18 % au lieu de 13 % pour Scellier, celui-ci demande cependant un respect de conditions plus strictes.
Le nouveau dispositif loi Duflot sera-t-il un moteur pour relancer les constructions ?

Un recul des mises en chantier

Les mises en chantier affichent une baisse de l’ordre de 21 % par rapport au même trimestre de l’année dernière.

Paradoxalement, le nombre de permis de construire accordés, lui, nous présente une hausse de 1,6 % sur les 12 derniers mois. Cependant ce chiffre reste à modérer, au vu des 3 derniers mois sur lesquels le nombre de permis serait en régression d’environ 6,9 % (par rapport à la même période de l’année antérieure).

Lesiteimmo.com