Immobilier : Marseille la ville où investir

Marseille atteint un record en termes de pouvoir d’achat. Une baisse des prix de plus de 7% en cinq ans et seulement une hausse de 2 % des prix immobilier. Marseille est une ville où il fait bon acheter ou investir.

Les prix à Marseille ou en sont-ils ?

A Marseille les prix des appartements s’élèvent à près de 2 400 euros le m² et plus de 3 000 euros le m² pour une maison. La fonte des prix, les taux d’emprunt bas, les aides de l’état et des vendeurs bien moins gourmands tout est réuni pour laisser la place aux acquéreurs. Aussi, Marseille atteint un taux record en termes de pouvoir d’achat confirme le réseau Optimhome. Une manne bénéfique, pour les professionnels qui liquident leur stock de biens immobiliers bien plus rapidement. Retrouvez les meilleures opportunités à Marseille avec www.lesiteimmo.com.

Qui achètent à Marseille ?

Les investisseurs se taillent la part belle de la cité Phocéenne. Une mine d’or pour les investisseurs qui chassent la petite surface ou le grand studio des années 1930. Les professionnels précisent que le rendement oscille entre 7 et 10 %. Pour ne rien gâcher, les prix sont bas, compter entre 60 000 euros et  150 000 euros d’investissement. De quoi doper l’engouement des investisseurs pour la belle citée Méditerranéenne. Pour les investisseurs, le bénéfice peut être encore plus intéressant si le logement est mis en location saisonnière.

Le primo-accédant investit aussi à Marseille. Il cible souvent un trois-pièces à rafraîchir dans les secteurs de l’Opéra, Hypercentre, Castellane, Saint-Pierre, Libération, Saint-Loup où les prix s’étendent de 70 000 euros à 160 000 euros. Aujourd’hui, le primo-accédant à Marseille c’est 50 % du marché de la transaction immobilière. S’ils désirent investir dans le neuf, ils pourront compter outre sur le PTZ, sur un chèque Premier logement qui pourra atteindre 4 000 euros. Attention cependant, seul certains programmes immobilier sont éligibles à ces conditions.

Pour le secundo-accédant, Marseille offre de belles opportunités, mais ce type d’acquéreurs devient exigeant « du cachet et de belles prestations »d’après les professionnels de l’immobilier. Mais si les doléances sont précises et claires, elles donnent un petit coup de main aux prix qui avaient bien reculé sur ce type d’investissement. Pour cette clientèle on recherche plutôt des quatre à six pièces dans les quartiers de Prado, Préfecture, Vauban, Bompard, Corniche, Sainte Anne. Le budget moyen se porte à 400 000 euros sur un logement en bon état.

 Immobilier : Lyon l’inflation s’essouffle, la location explose

Lyon se rénove et cela peu rapporter gros ! Le dynamisme économique de la ville et sa forte proportion de cadres poussent les prix de l’immobilier à la hausse. La location saisonnière n’est pas étrangère à cette côte haussière. Des prix qui boostent le marché immobilier de la location. Mais les prix concernant la vente semblent se stabiliser un peu.

Lyon à quel prix ?

Malgré une hausse de 6 % des prix de l’immobilier à Lyon, le président du conseil régional des notaires de Lyon affirme que « Elle devrait marquer le pas, les acquéreurs se montrant désormais plus raisonnable ». Aujourd’hui les transactions immobilières sur la capitale des gaules se négocient entre 3 500 euros et 5 000 euros le m² en moyenne.

Qui achète à Lyon ?

Si le primo-accédant envisage souvent d’investir dans un deux pièces, datant des années 60 à 90, à rafraîchir dans les quartiers de Point-du-jour, Vaise, Gerland, Jean-Macé ou Villeurbanne. Il prévoit un budget compris entre 100 000 euros et 180 000 euros. Néanmoins, les garanties des logements neufs séduisent également les jeunes et surtout leurs offres d’autres opportunités à des prix variant entre 2 800 euros et 3600 euros les m² (voir les offres de logements neufs ici). De quoi faire réfléchir les acquéreurs, qui répondent aux conditions du PTZ et qui peuvent ajouter une aide du Grand Lyon, celle-ci pouvant aller jusqu’à 5 000 euros en sus.

Pour les familles qui possèdent déjà un bien immobilier, ils se tournent vers les quartiers du Vieux Lyon, Presqu’île, Tête d’Or, Préfecture et Brotteaux. L’inflation n’a pas entaché l’engouement pour ces quartiers de Lyon. Les ménages privilégient les quatre à cinq pièces qui affichent des prix moyens de 500 000 euros.

En ce qui concerne les investisseurs, la capitale des Gaules proposent des deux pièces avec de gros travaux intéressants en hypercentre et sur le quartier de la Croix-Rousse, pôles très touristique. Les prix commencent pour ces biens immobiliers à 150 000 euros. Pour un bon investissement, le quartier de la Part Dieu est un filon à suivre. En effet, le quartier subit de fortes rénovations et est devenu un pôle très attractif.

La location saisonnière multipliée par quatre à Lyon

Les petites surfaces s’arrachent et entraînent des surenchères importantes à Lyon. Les quartiers touristiques comme Tête d’Or, la presqu’île, la Bourse, les Brotteaux et Croix-Rousse sont très demandés. On estime dans certains quartiers une rentabilité pouvant atteindre 4 %. Il faut noter que la location saisonnière a été multipliée par quatre. Ce qui touche le marché de la transaction puisque les produits deviennent plus rare dans certains secteurs de Lyon. Mais attention chers investisseurs, si le marché saisonnier est très intéressant à Lyon, la règlementation, elle, se durcit et les contrôles ne cessent de croître, ainsi que le prix des amendes.

Ellipse : la plateforme dédiée aux professionnels de l’immobilier

Ellipse, c’est le nom de la plateforme que met à votre disposition la société Studio Net, pour vous permettre de multiplier vos activités. Ludique et convivial distribuée à un tarif hors norme.

Ellipse, la multidiffusion de vos mandats

Ellipse, saisissez vos mandats, vous pourrez utiliser l’outil de multidiffusion. Dédiée aux agents ou agences immobilières qui désirent saisir et multiplier leurs supports de diffusions que ce soient des portails payants ou gratuits, tout simplement en un clic.

La saisie de votre mandat de manière ludique, mais surtout rapide. Le logiciel se charge de la diffusion sur l’ensemble des partenaires que vous aurez sélectionnés et activés. Un outil puissant qui vous permet de contrôler votre diffusion de manière simple et raisonnée. Cochez et décochez le portail que vous désirez activer ou désactiver en un simple clic. Ellipse c’est aussi, le contrôle journalier des transferts que nous opérons pour vous sur l’ensemble de vos partenaires (seloger, leboncoin, paruvendu, logicimmo, achat-terrain et plus d’une centaine de portails). Vous pourrez consulter le rapport d’erreur qui vous informe sur vos diffusions et contrôles vos mandats avant le transfert vers vos partenaires web, magazine, …)

Ma plateforme de suivi

Ellipse est un atout majeur pour le professionnel de l’immobilier. Que vous soyez agent mandataire, responsable d’une ou plusieurs agences immobilières, Ellipse est fait pour vous. La plateforme vous propose un tableau de bord privé et détaillé qui vous simplifie la vie. En un clin d’œil, vous obtenez les statistiques de diffusion et de performance de l’ensemble de votre publicité. Une plateforme unique pour veiller à la bonne marche de votre entreprise. Que vous soyez, constructeurs, promoteurs, agents mandataires, agences immobilières, portail immobilier, … tous les professionnels peuvent utiliser Ellipse comme notre client Proprioo.

Votre compagnon pour prendre les bonnes décisions

La plateforme vous permet de suivre en temps réel les statistiques de visites de l’ensemble de vos partenaires. La plateforme regroupe tous vos partenaires et vous donne une visibilité précise de leurs performances. Ellipse est un outil innovant et complet qui aide le responsable de l’ensemble des diffusions à gérer au mieux les différents canaux de communication pour son entreprise. Ellipse est l’outil incontournable pour un travail précis et fiable dans votre communication.

Les prix de l’immobilier à Paris

Paris et les prix en immobilier, une histoire de « gros sous ». Alors qui investit dans la capitale et sur quel type de bien immobilier ? Et surtout à quel prix doit-on s’attendre pour un logement à Paris ?

Les prix en immobilier à Paris on en est où ?

10 % de plus pour les prix en un an d’après les professionnels (Century 21 et Guy hoquet). De quoi donner le vertige aux futurs acquéreurs d’un logement à Paris. Aujourd’hui, la capitale est la ville de France où les prix « crève les plafonds ». Dénicher une bonne affaire est un miracle. La plupart des biens intéressants se vendent du « bouche à oreille ». Pour les familles revenues sur le marché des acquéreurs l’année dernière, la tâche est longue et fastidieuse pour trouver un logement qui correspond à leurs attentes. Après l’annulation de l’encadrement des loyers et la mise en place d’un contrôle plus strict sur les locations « airbnb », les investisseurs eux trouvent des opportunités. Cependant, les prix deviennent très audacieux et approchent les 10 000 euros le m².

Qui achète quoi à Paris ?

Si vous envisagez d’acheter votre premier bien immobilier à la Paris, prévoyez un budget compris entre 250 000 et 330 000 euros. Vous achèterez un appartement de deux pièces, environ 30 m² dans un immeuble du 19ème siècle sans ascenseur. Pour les meilleures opportunités, ciblez les secteurs de Guy-Môquet, La villette, Goncourt-Voltaire, Epinettes ou Dausmenil. La négociation des prix immobilier dans ses quartiers oscillent entre 8 000 et 11 520 euros le m² en fonction des secteurs et des surfaces. Attention, ces quartiers sur lesquels se développent des lignes de métropolitain deviennent des cibles à privilégier pour leur fort potentiel de plus-value. Sachez que Paris propose des prêt « Paris logement » évaluer à 39 600 euros maximum pour un ménage de deux personnes.

En revanche pour vous qui avez agrandi la famille et qui souhaitez opter pour une surface plus adaptée, le marché vous est favorable. Puisque le bien que vous possédez à subit une inflation en termes de prix intéressante, par rapport aux surfaces que vous envisagez d’acquérir. En règle générale, vous allez rechercher un produit proche des bonnes écoles pour les enfants. Minimum quatre pièces pour être à l’aise avec un ascenseur et en étage. Sachez que ce produit devrait se négocier entre 800 000 euros et 1,3 millions d’euros. Les secteurs à privilégier se situent dans les XI ème, XIV ème, XV ème et XVIème arrondissements de Paris pour rester dans la fourchette de prix.

Pour vous les investisseurs en immobilier, Paris reste cher est le rendement locatif est à la baisse.Les budget à prévoir se situent entre 180 000 et 220 000 euros pour un studio 20 m² avec travaux. Ciblez les quartiers comme le Père Lachaise, Jules-Joffrin-Marcadet-Poissonniers et Crimée-Ourcq. Près de 16 % de baisse de rendement en 3 ans. Si vous investissez à Paris pariez sur le long terme. Après 15 ou 20 ans vous vous assurez une plus-value très intéressante. Si vous envisagez d’investir pour la location saisonnière attention d’être très prudent et surtout de bien respecter les nouvelles règles en vigueur. En effet, les contrôle sont de plus en plus fréquent et peuvent engendrer de fortes pénalités.

Immobilier : éviter les pièges de la copropriété pour bien acheter ?

Vous avez trouvé votre appartement et celui-ci fait partie d’une copropriété. Rien de grave, cependant il y a quelques points à étudier de près avant de signer.

Quels sont les pièges de la copropriété à éviter pour bien acheter  ?

Dans un premier temps, prenez garde au montant des charges courantes qui peuvent vite alourdir le montant de votre budget. Demandez au propriétaire le montant inhérent aux charges directes et indirectes tels que les ascenseurs, les communs, le chauffage, … si en additionnant l’ensemble des frais votre revenus est consommé à plus de 40 % réfléchissez à votre acquisition plus précisément.

Ensuite penchez-vous sur les taux d’impayés de votre future copropriété. Sachez que si celle-ci dépasse le taux de 25%, la copropriété est en situation très délicate. C’est un indicateur important concernant la santé financière de la copropriété. Si de lourds travaux doivent être effectués il deviendrait difficile d’entretenir le bâtiment convenablement. De plus, vérifier l’état des travaux à venir pour maintenir l’habitat en bon état. Si vous devez prévoir un ravalement de façade cela peut vite devenir un point négatif pour votre investissement. Vérifiez les travaux prévus par la copropriété et ceux déjà réalisés pour prendre en compte les lourdes charges à venir. Le prix pourrait devoir être revus à la baisse dans ces cas-là.

Quand vous êtes sur l’étude des documents de copropriété, lisez le règlement de copropriété qui pourrait contenir des points assez contraignants. Certains règlements sont parfois trop stricts et vous empêche de posséder un animal de compagnie par exemple.

N’oubliez de demandez au vendeur de vous fournir les justificatifs en cas de modification substantiels de l’appartement. En effet, si de gros travaux ont été effectués demandés les justificatifs de garantie pour pouvoir en cas de problèmes obtenir les réparations.

Pour la partie juridique des copropriété que faire ?

Vérifier le nombre de copropriétaire qui constitue l’immeuble ceci peut être important pour les prises de décisions futurs. En effet, si les copropriétaires sont peu nombreux les décisions peuvent être prise de manière assez rapide et le montant des travaux va vite devenir assez important. Contrôler s’il y a des actions juridiques en cours et la fréquence des changements de syndics qui peuvent être des indicateurs importants. Ils seraient notamment la preuve d’une mauvaise gestion.

NB : Sachez que certains documents doivent vous être remis impérativement avant votre acquisition.

Si votre choix se porte plus vers la construction d’une maison, alors découvrez notre prochain dossier dédié à la construction et les points à étudier pour bien construire votre futur logement.

Vague de douceur en immobilier au premier trimestre 2018

Vague de douceur en immobilier pour ce début d’année, avec un léger fléchissement des volumes de transaction indiqué par les réseaux immobilier pour ce premier trimestre 2018. Un maintien des prix pour les notaires. À la suite de l’année record qu’a été 2017, les réseaux ne sont pas mécontents de leur début d’année et les notaires restent plus prudents. Quels sont les présages en immobilier pour les professionnels ?

Une vague de douceur à quoi doit on s’attendre en 2018 pour l’immobilier ?

Après une année record en 2017, les chiffres indiquent un léger fléchissement en 2018. D’après le réseaux ORPI, la baisse n’est presque pas perceptible. Leurs chiffres ne baissent que de 1 % autant dire rien. Néanmoins, on enregistre des volumes de ventes moins important concernant les primo-accédants. Les modifications des aides gouvernementales pour l’accession à la propriété (PTZ, …) et les baisses de demande de prêts restent des indicateurs qui laissent entrevoir une baisse d’activité sur le marché immobilier. Alors qu’en pensent les notaires ?

Si pour Christine Fumagalli, 2018 devrait être encore une bonne année. Avec un seuil de moins de 80 jours de vente pour les biens confiés à ORPI. Les notaires eux confirment une tendance plus sage en ce début d’année. S’ils affirment que les prix des appartements vendus dans l’ancien devraient rester supérieur à 4 % et pour les maisons anciennes à plus 2 % sur des valeurs déjà intéressantes. Les notaires précisent que les volumes des transactions commencent à se calmer. Cependant certaines villes décrochent des records.

Paris affole les prix

Paris sera toujours Paris ! Une vague de douceur en immobilier mais avec des prix qui continuent à progresser, à Paris,  pour atteindre 9 300 euros au m², soit une hausse de près de 9 % en seulement un an.  Et la province décide de suivre l’exemple de la capitale, avec une hausse des prix moins évidente mais encore présente. Les notaires estiment à plus de 2,3 % les prix de ventes pour les appartements anciens, et presque encore 2% pour les maisons anciennes. Pour les notaires la tendance est à l’accalmie concernant les volumes des transactions mais avec un maintien des prix.

Des professionnels qui ne sont pas au diapason

Si les notaires notent une vague de douceur en immobilier,  avec un maintien des prix sur un plan général. ORPI note pour son réseau une légère hausse des prix sur certains biens dans les grandes villes. Néanmoins, le réseau annonce pour certains secteurs des légères baisses de prix comme à Marseille, Clermont-Ferrand, Brest, Le havre et Reims.

C’est pourquoi www.lesiteimmo.com vous propose un petit point sur les prix ce printemps. Découvrez demain les prix sur les grandes villes de France

Immobilier : bien acheter en évitant les vices cachés.

Vices cachés : avant d’envisager votre déménagement dans votre logement passer à la loupe les détails. Mais comment faire un tour complet des petits détails qui peuvent vite devenir lourd économiquement. Détails juridiques et administratifs pénibles voir bloquant pour l’achat de votre futur bien immobilier les détecter.

Comment éviter les vices cachés en pensant à ces simples vérifications ?

Si vous avez du terrain, faites un petit tour pour éviter les petits vices cachés. Une servitude de passage, une canalisation commune, de nombreux vices non connus lors de la vente peuvent vite devenir compliqués par la suite. Normalement le notaire doit vous informer lors de la vente de ces problématiques. Mais le mieux est de se renseigner en amont pour ne pas se retrouver pris au dépourvu. Sachez que vous avez 10 jours pour vous rétracter à compter de la signature du compromis ou de la promesse de vente.

Attention aux vices juridiques et administratifs. Si le vendeur de votre futur logement a effectué des travaux de surélévation, d’extension de surface, démolition de mur, … Prenez le temps de demander si toutes les autorisations sont en règle. Renseigner vous auprès de la copropriété voir de la commune pour éviter de vous retrouver dans des situations complexes ensuite (démolition, …). Vérifier que les modifications ont bien été portées sur le cadastre ou dans les millièmes de la copropriété. Vérifier la souscription des assurances nécessaires, l’existence des garanties produites par le professionnel qui a réalisé les travaux (garantie décennale ou biennale).

Abordons maintenant le prix de votre futur bien immobilier. Est-il en phase avec le prix du quartier ? Est-il conforme à l’état du logement ? Faites appel à un professionnel en immobilier qui peut vous apporter un éclairage sur le prix demandé. Renseignez vous sur les prix de ventes des biens proches de votre adresse. Le prix peut bien sûr évoluer en fonction des avantages ou désavantages qui constituent votre futur logement. Vous pourrez ainsi vous faire une idée du prix et évaluer si celui demander par le vendeur est raisonnable.  De plus, faites un point sur la partie charge de copropriété et vérifier le montant des taxe et impôt locaux pour être précis. Le Dpe peut être un point de négociation. Ainsi que l’ensemble des points vus précédemment qui peuvent venir justifier un bonus ou un malus sur le prix demandé.

N’oubliez pas de prendre en compte le montant des travaux que vous envisagez de faire pour améliorer votre futur logement. On estime entre 800 et 1500 euros le prix d’une rénovation au m². De quoi poser des jalons sur le prix. Sachez faire appel aux organismes professionnels pour les rénovations énergétiques. Consultez le site gouvernementale https://www.economie.gouv.fr/particuliers/aides-renovation-energetique pour trouver les aides pour vos travaux ?

Si vous désirez acheter en copropriété nous vous indiquons les points à connaître pour éviter les déconvenues dans notre prochain article.

Immobilier : bien acheter sans se tromper comment faire ?

Bien acheter sans se tromper, un souci pour tous les futurs propriétaires. Quels sont les critères à étudier de près pour éviter les mauvais plans ? Nous vous proposons une revue des points à cibler pour choisir au mieux sans se tromper.

Quels sont les détails sur lesquels porter son attention pour bien acheter ?

Comme évoqué dans notre article d’hier, vous trouverez ci-après les différents critères qu’il faut prendre le temps de bien étudier.

Commençons par l’état général de votre futur logement : le « plus facile ». Vous savez ce que vous ne voulez absolument pas et ce que vous désirez vraiment. Facile ! néanmoins, si ces critères sont tous réunis, il ne faut pas se jeter sur le bien immobilier sans certains contrôles importants. Rendez vous à plusieurs reprises dans le logement pour vérifier qu’il n’y a pas de nuisances non constater lors de votre première visite. Demander à avoir rapidement les diagnostiques techniques pour faire un point complet.

Vérifier la qualité de votre environnement. Essentiel à votre qualité de vie ! Contrôler que vous n’avez pas d’usine ou de bar à proximité par exemple. De nombreuses nuisances sonores et autres pourraient vite devenir un détail désagréable au quotidien. Passez de nuit dans votre futur quartier pour contrôler la qualité de vie et les fréquentations pour ne pas avoir de surprises. N’hésitez pas à vous rendre en mairie pour vous renseigner sur les futurs aménagements prévus proche de votre futur logement. Prenez connaissance des risques potentiels liés à votre quartier. N’hésitez pas à consulter la base de données gouvernementales www.géorisques.fr, elle peut être une mine de renseignements importante.

Vous avez trouvé un bien qui vous convient, l’environnement vous plaît maintenant passer à un examen plus approfondi et faites appel à un professionnel pour examiner l’état du bâti. Vérifier les infiltrations, les défauts de constructions et prenez le temps de bien inspecter les communs. Le professionnel pourra vous aider sur ces points. Il vous aidera si vous envisager l’achat d’une maison à trouver les failles sur les combles, la charpente, la toiture,…

Soyez vigilant sur les dossiers énergétiques. Vérifier le classement de votre futur logement et contrôler les normes auxquels il répond. De A à G les prix peuvent vite être différents. De A à D votre logement n’est pas considéré comme énergivore donc il répond à de nombreuses normes économiques. Si votre bien se classe de E à G, considéré votre logement comme énergivore. Il conviendra de voir les améliorations à apporter. Les aides de l’état pourront vous aider. Mais réviser peut-être le prix ! Néanmoins, sachez que les notes attribuées à votre logement doivent être nuancées en fonction de l’année de construction.

Concernant vos installations électriques et gaz : contrôle =sécurité. Ne pas négliger de porter une bonne attention à ces deux points. Notamment, quand le logement est assez ancien. Pour les maisons, demander le diagnostic de l’assainissement il peut être un point négatif. Il devient alors un chiffre supplémentaire important en termes d’investissement, si vous n’êtes pas aux normes. Renseigner vous rapidement sur cet aspect de votre logement en mairie ou auprès de votre agent immobilier.

Faites un point détaillé de vos extérieurs pour éviter les vices cachés. Déambulez dans votre future propriété peut vous éviter les soucis de voisinages.

Retrouvez nos conseils dans notre prochain article…

Comment bien acheter son logement ?

Logement comment bien acheter ? Une question qui paraît évidente, mais comment y répondre sans se tromper ? Alors quels sont les critères à étudier et à qui s’adresser sans faire d’erreur ? Que recherchez vous appartement, maison, en individuel ou en copropriété ? Autant de points à bien étudier avant de se lancer et éviter les déconvenues. Nous vous proposons un dossier complet sur le sujet pour ne rien oublier.

Logement : quels sont les critères généraux à étudier pour ne pas se tromper ?

Voilà longtemps que vous réfléchissez à devenir propriétaire de votre logement et le contexte économique est très favorable. Des taux d’emprunts assez faible, des prix raisonnables et des aides de l’état pour vous permettre de passer à l’accession. Mais avant de signer le moindre compromis il faut étudier quelques points primordiaux.

Que faut-il contrôler avant d’acquérir votre futur logement ?

  • La qualité de l’emplacement où se situe votre futur bien immobilier,
  • L’état général de votre futur logement est pour lequel il peut être nécessaire de faire appel à un professionnel.
  • L’état énergétique du bien immobilier peut vous permettre de découvrir certains vices non visibles lors de vos visites,
  • Vérifier certaines notions tels que les servitudes, les vices juridiques et administratifs,
  • Le prix de votre futur logement est-il bien conforme à celui du marché de votre quartier ? Procédez, à l’aide d’outils comme les simulateurs de prix, au contrôle du prix de votre logement et retrouvez ces informations sur les portails professionnels spécialisés comme www.lesiteimmo.com qui vous apportent un éclairage sur les valeurs immobilières par quartier,
  • Consultez le montant des impôts locaux,
  • Établissez le budget de vos travaux pour remettre votre futur logement à votre goût.

Autant de détails, pour lesquels nous allons vous donner quelques indices. De plus, si votre logement se trouve au sein d’une copropriété, il y a certains critères qu’il convient de bien appréhender avant de vous lancer dans l’acquisition. Et si vous envisagez la construction de votre maison, de nombreux aspects doivent être pris en considération quels sont-ils ?

Découvrez dans les prochains articles dédiés à notre dossier, comment bien acheter en copropriété ? Et comment bien construire votre logement ?

Rendez vous demain pour la suite…..

Raz de marée dans la rénovation énergétique : le bonus – malus sur le logement

Rénovation énergétique :le bonus/malus de l’immobilier. Une annonce qui a déchaîné les réactions des professionnels du bâtiment et de l’immobilier. Nicolas Hulot a évoqué la mise en place d’un bonus/malus lors de la vente d’un bien immobilier ou sur la taxe foncière du logement. Une idée mal venue pour les professionnels qui trouvent le principe inefficace et surtout trop précoce.

Rénovation énergétique bonus/malus en immobilier qu’en pensent les professionnels ?

« Je ne veux pas l’imposer mais moi j’y suis plutôt favorable », voilà les mots de Nicolas Hulot qui vient de mettre en avant l’idée d’appliquer un bonus ou malus, sur la performance énergétique d’un bien immobilier, lors de sa vente ou sur sa taxe foncière. Un choc pour les professionnels du bâtiment dans son journal la FFB déclare : « qu’il serait hautement contreproductif de s’inscrire dans une dynamique, même ciblée, d’écologie punitive qui n’est rien d’autre qu’une inflation normative et fiscale ». Jacques Chanut, président de la FFB, complétait dans le communiqué de presse du 3 mai par : « dans l’immédiat, de tels coups de barre ont une conséquence prévisible et catastrophique pour l’activité et donc l’emploi : ils vont renforcer l’attentisme des acteurs, ménages comme professionnels. Avec un grand perdant : la transition écologique ».

Une hérésie pour l’UNIS : trop précoce comme dispositif

Géraud Dévolvé, délégué général du syndicat UNIS, confiait qu’il serait absurde de mettre en place une telle mesure puisqu’ aujourd’hui la mesure énergétique ne peut être correctement qualifié lors de travaux de rénovation. Pour l’UNIS, il est bien trop précoce de parler de cette mesure. Et les propos du ministre de la Transition écologique et solidaire, serait d’après le syndicat immobilier, « une sorte de ballon d’essai, un avertissement à l’attention des vendeurs et des acquéreurs, pour dire : ‘Les prix ont atteint des niveaux beaucoup trop importants, les acquéreurs n’ont donc plus de budget pour payer des travaux, or il faudra bien que quelqu’un paie un jour ». Pour Géraud Dévolvé, il faudrait revoir les priorités et commencer par : « simplifier le système d’aides financières auxquelles ont droit les propriétaires pour les travaux de rénovation. ». De plus de nombreux projets de lois devraient voir le jour sur ce sujet, alors à quoi devront nous encore faire face dans les prochains mois ?