Financement : réaliser des travaux à prix réduit

Des projets de travaux ? Vous souhaitez améliorer la note énergétique de votre maison ou de votre appartement ? Retrouvez un cadre de vie plus actuel ? Permettre à votre famille de se sentir bien à la maison ? Avec la multitude des prêts, financez à moindre coût vos travaux, sans avoir besoin de passer par un prêt à la consommation.

L’éco-prêt, un crédit gratuit

L’éco-prêt à taux zéro est le plus intéressant des prêts pour réaliser des travaux. En effet, l’état prend en charge les intérêts du prêt. Accessible à tout propriétaire d’un logement construit avant 1990. Le logement doit être utilisé comme résidence principale ou bien loué pour vous permettre de bénéficier de cet éco-prêt.

Afin de pouvoir souscrire à ce dispositif, il faut envisager de réaliser un « bouquet » de travaux (au moins 2 catégories) parmi une sélection de six. Vous pourrez bénéficier de l’éco-PTZ, si vos travaux vous permettent d’atteindre un certain seuil de « performance énergétique globale ».

Les travaux et dépenses connexes seront pris en compte seulement s’ils sont réalisés par un artisan ou une entreprise certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Sachez que ce prêt est aussi accessible aux copropriétaires.

Désavantage, un certain nombre de contraintes peuvent vous empêcher de souscrire à cet emprunt.

Cependant, Ségolène Royal annonçait au JT de 20 h le lundi 7 mars dernier, le possible cumul du dispositif éco-prêt à taux zéro et le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Plus besoin de choisir depuis le 1er mars dernier, car la mesure a été adoptée.

Le CITE prévoit lui un dégrèvement fiscal de 30 % pour les travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale ou pour des équipements qui vont permettre une amélioration énergétique.

Cédric Desplats-Rédier, Directeur Général de Domofinance précisait : «

« Grâce à cette nouvelle possibilité de bénéficier à la fois du crédit d’impôt transition énergétique et de l’éco-prêt à taux zéro, les Français pourront plus facilement réaliser des travaux de rénovation énergétique, et donc faire des économies d’énergie tout en améliorant la qualité de leur logement.

Le cumul CITE – éco-prêt à taux zéro contribuera à une consommation énergétique plus responsable.

Domofinance, acteur majeur de l’éco-prêt à taux zéro et des prêts à la rénovation énergétique aux particuliers, partenaire de plus de 3500 professionnels de la rénovation, est un des organismes de crédit à pratiquer l’éco PTZ dans une démarche volontaire. »

Le prêt 1% logement

Prêt accessible pour tout salarié d’une entreprise privée d’au moins 10 salariés, le Prêt action Logement (ou 1% logement)vous permettre d’obtenir une enveloppe de 10 000 euros maximum. Vous pourrez demander l’octroi de ce prêt pour une période de remboursement de 10 ans. Petit désavantage, les conditions de ressources du ménage et des fonds disponibles. Ce prêt peut également être proposé par les caisses d’allocations familiales à leurs allocataires ou les caisses de retraites aux retraités.

Le CEL : à partir de 2 %

2% seulement de taux si vous utiliser votre CEL pour souscrire un emprunt afin de réaliser des travaux dans votre résidence principale ou secondaire. Néanmoins, pour envisager un taux aussi faible, il y a des conditions de délais de détention du CEL. Si vous avez souscrit un CEL depuis 2009 vous pouvez négocier votre prêt un taux inférieur à 2,5 %.

Un prêt à 3%, pour vos dépenses énergétique

Certaines banque proposent des prêt dédiés aux dépenses énergétiques, nommés prêts « verts » ou « crédinergie » ou encore « Prévair ». Ils vous donnent accès à la réalisation de travaux sans obligation de bouquet. De plus, vous pouvez y souscrire pour une résidence secondaire. Les taux de ses prêts affleurent les 3%, bien moins haut qu’un crédit consommation.

Les prêts conventionnés à partir de 3,25 %

Souvent proposé pour les achats d’un logement, il faut savoir que ces prêts peuvent financer des travaux d’un montant de 4000 euros dans le logement principal. Que ce soit pour de l’agrandissement ou de l’aménagement d’un bien immobilier de plus de 10 ans, vous pouvez opter pour un prêt conventionné. Ainsi on peut négocier les prêts à 3,25% pour un engagement de moins de 12 ans, 3,45 % pour une durée comprise entre 12 à 15 ans, 3,60 % pour un prêt entre 15 et 20 ans et compter 3,70 % pour une durée supérieure.

Taux d’intérêt à moins de 1 % en immobilier

La centrale de Financement vient de publier les barèmes, des taux d’intérêt du mois de mars 2016. Des taux de folies qui permettent d’emprunter à des taux réduits.

On approche les records de 2015

La centrale du financement publie ce jour les taux pour mars 2016 et quelle bonne surprise de constater que leurs partenaires affichent encore des baisses de taux.

Les barèmes sont réduits de 0,10 à 0,15 point pour des durées de 15, 20 et 25 ans.

Les taux avoisinent les records du printemps 2015. Des conditions d’emprunt qui favorisent les primo-accédants et les personnes qui souhaitent renégocier leur crédit immobilier.

La centrale de financement précise que les taux devraient encore rester bas pour ce premier trimestre voir même enregistrer encore une légère baisse.

« Les banques vont pouvoir maintenir une offre attractive sur ce début d’année 2016, du fait d’un taux directeur de la BCE toujours à 0,05% depuis septembre 2014 et de l’OAT 10 ans actuellement à 0,50%. »

N’hésitez pas à vous renseigner pour gagner de l’argent !

Financement : emprunter pour presque rien

Une multitude de dispositifs, des taux d’intérêts historiquement bas la conjoncture n’a jamais été autant favorable à l’emprunt. Mais comment faire pour financer au moins cher possible votre acquisition ou votre rénovation ?

Une conjoncture plus que favorable

Les taux d’intérêts n’ont jamais été aussi bas. Si cette situation ne favorise pas les épargnants qui essayent de trouver des solutions pour faire fructifier leur patrimoine. Les emprunteurs, eux, peuvent envisager des projets intéressants. Les financiers indiquent qu’il est préférable d’investir avec un financement par prêt plutôt que d’utiliser l’épargne que vous possédez.

Mais si les taux jouent un rôle important, la mise en place des prêts aidés allège fortement le coût de votre crédit. Le PTZ (Prêt à Taux Zéro) a donné des ailes à de nombreux couples ou investisseurs pour se lancer dans l’acquisition d’un bien immobilier. Mais si l’acquisition ou la construction est une option, les autres prêts aidés disponible pour la rénovation permettent aussi de se projeter dans un appartement ou une maison plus grande et plus confortable. Sans oublier, la nouvelle formule de financement participative qui permet de fiancer votre projet par d’autres particuliers ce qui évite le recours aux établissements financier.

Même si la crise financière grecque a contribué à la légère remontée des taux d’intérêts, ceux-ci restent étonnamment bas. Pour 2016, les financiers ne prévoient pas une forte inflation donc les taux devraient plutôt stagner ou tout du moins ne pas subir de forte hausse. De plus, le retour du printemps devrait voir fleurir les offres promotionnelles des banques. La mise en place du PTZ a également fortement relancé les emprunts immobiliers.

Comment financer à moindre coût ?

Une multitude de solutions s’offrent à vous avec les prêts aidés. Vous pouvez même les cumuler ce qui vous permettra d’obtenir un financement encore plus intéressant.

Tout d’abord le PTZ (Prêt à Taux Zéro) revu et corrigé. Disponible pour les primos-accèdents, il vous permet depuis le 1er janvier 2015 d’acquérir un appartement dans le neuf ou dans l’ancien (avec au moins 25 % de travaux de rénovation). Le PTZ permet de financer 40 % du prix de votre maison ou de votre appartement. Avec l’avantage de pouvoir bénéficier d’une période de différé pendant laquelle, l’acquéreur ne rembourse rien qui varie de 5 à 15 ans, avec une période de remboursement qui évolue de 10 à 15 ans. Il y a eu une forte révision des plafonds de revenus ce qui a ouvert le PTZ à un plus grand nombre d’acquéreurs potentiels.

Le PTZ peut être associé à un crédit distribué par les régions, départements ou conseils départementaux ou villes, ces prêts vous permettent d’obtenir Entre 10 000 et 15 000 euros de plus en terme d’enveloppe budgétaire.

Le PAL (Prêt Action Logement) accordé : « aux salariés d’entreprise privée de plus de 10 personnes » confie Cécile Roquelaure, porte-parole d’Empruntis. Rien de très compliqué, adresser une demande à votre employeur après vous être renseigné sur l’organisme auquel cotise votre employeur. Ce prêt vous permettra d’obtenir une enveloppe de 25 000 euros aux taux de 1 %.

Si vous êtes salarié d’EDF ou Engie, vous pourrez bénéficier de prêt à un taux de crédit bonifié.

Les astuces pour bien emprunter

Gagner 0,3 % en passant par un courtier

Il a l’avantage de travailler avec l’ensemble des établissements financiers et de bien connaître chacun d’eux. Il connaît parfaitement les grilles des taux de chaque réseau bancaire ce qui lui confère une capacité de sélection du crédit plus adapté et vous offre le meilleur rapport qualité/prix en fonction de votre profil. Un courtier est un professionnel financier qui peut vous rapporter gros. Il va négocier et vous conseiller sur les petits à-côtés de votre prêt garanties, assurances,… Il vous en coûtera 1% du montant emprunté.

Baisser vos mensualités de 20 %

En rallongeant la durée de votre emprunt. Une petite astuce qui vous permet de garder un bout de trésorerie sans essouffler votre budget quotidien. Les crédits à paliers vous permettent également de jouer sur votre trésorerie en remboursant plus au début et en bénéficiant de remboursement moins lourd lors de votre retraite.

Le crédit flexible ou modulable vous fera bénéficier de faire fluctuer les mensualités.

Gagner 50% sur votre assurance

En faisant jouer la concurrence. Cependant, l’organisme de crédit pourra vous demander de souscrire à l’assurance qu’il vous propose. Sachez que vous êtes libre de souscrire une autre assurance dans les 12 mois qui suivent la signature de votre contrat.

Gagner 3% du capital restant dû

En négociant les indemnités de remboursement anticipé. Légalement la demande de remboursement anticipé est pénalisée à hauteur de 3% du capital restant dû, plafonné à 6 mois. Aussi, négociez les indemnités de remboursement anticipées lors de la souscription.

Moins 1% sur les frais de dossier

En passant par un courtier. Les frais de dossier sont négociables et il ne faut pas hésiter à les négocier. Ils peuvent passer de 1000 euros à 400 euros en négociant.

Intégrez les travaux dans votre enveloppe

Pour gagner sur le taux de crédit. Les taux sont plus intéressants pour les emprunts dédiés à l’acquisition. En ajoutant le coût d’acquisition et les travaux vous bénéficier du même taux et vous n’avez pas de surcoût liés à un emprunt pour travaux.

Divisez votre coût crédit par dix

En vérifiant les calculs du taux. Il vous faut pour cela bien comparer les différentes propositions que vous proposent les banques en comparant le TAEG qui englobe l’ensemble des frais inhérents à votre emprunt.

Obtenez la transférabilité de votre emprunt et gagner plusieurs milliers d’euros si vous devez souscrire à un financement ultérieur.

Alors calculer votre financement pour obtenir le meilleur taux avec l’un de nos partenaires.

 

 

 

Emprunter : comment se comporter en face des taux ?

Lorsque l’on a souscrit un emprunt pour l’achat d’un bien immobilier, on suit souvent les différents comportements des taux d’intérêts. Alors comment se comporter lorsque vous pensez avoir emprunté à un taux élevé par rapport aux taux en vigueur ? Ou quoi faire lorsque votre taux variable suit une courbe dangereusement ascendante ?

 Les taux d’emprunt baissent : je dois renégocier mon emprunt.

Les emprunteurs du 2ème semestre 2008 doivent se questionner, et consulter les  professionnels du crédit pour leur prêt.

Alors que faire pour gagner un peu d’argent ?

  1. Renégocier avec sa banque

Votre emprunt date et les taux qui sont affichés aujourd’hui sont nettement plus avantageux pour vous. Il est important de réviser votre prêt avec votre banquier. Il est cependant libre d’accepter ou pas la négociation.

Lors de la négociation votre établissement prêteur pourra :

  • Soit faire une nouvelle offre de prêt si vous souhaitez changer de solution (vous aurez 10 jours de réflexion)
  • Soit vous établir un avenant à votre contrat pour des cas plus simple de renégociation de contrat.

AS : des frais de dossier peuvent vous être facturés pour la renégociation de votre contrat.

2.  Faire jouer la concurrence : rachat de crédit

Lorsque les taux sont au plus bas il est important de faire le tour du marché et de négocier auprès de différents organismes. Vous pourriez trouver une proposition plus intéressante. Vous devrez alors clôturer votre ancien crédit avec le nouveau : rachat de crédit.

C’est parfois la solution idéale. En effet, les organismes prêteurs seront plus empressés avec un nouveau client que votre banque avec laquelle vous essaierez de renégocier. Dans ce cas pensez aux courtiers qui seront à même d’analyse l’ensemble du marché pour vous proposer la meilleure offre.

Mais s’il faut étudier le changement, il est nécessaire de tenir compte des frais liés aux nouvelles solutions. Soyez vigilant sur :

  • Les indemnités de remboursements anticipés : d’après la loi Scrivener, elles correspondent à 1 semestre d’intérêts dans la limite de 3 %  du capital restant dû.
  • Les frais d’hypothèque ou de caution mutuelle qui garantissent l’établissement qui vous prête.
  • Les frais de dossier qui correspondent à 1 % du capital emprunté.

Le rachat de crédit de nombreux paramètres qu’ils convient de bien étudier et il est important de demander des simulations pour éviter les pièges.

Sachez que vous pourrez jouer soit sur le montant de vos remboursements, soit sur la durée de vos remboursements.

Vous avez un prêt à taux variable et vous voyez les taux augmenter, que faire ?

Il est peut-être temps d’envisager un taux fixe pour vous sécuriser et stabiliser vos remboursements.

Les banques avaient bien intégré cette éventualité et ont pour ce faire mis en place un garde-fou  qui vous permet de passer d’un taux variable à un taux fixe.

Mais est-ce vraiment intéressant ?

Le changement de type de contrat peut parfois s’avérer plus coûteux et dégager une marge négative par rapport à votre ancien prêt. En  effet, les changements de crédits doivent être soumis à une grande attention. Souvent vous pouvez être soumis à un taux nettement moins avantageux  et perdre de 1 à 2 points par rapport à un nouvel emprunteur sur le même type de contrat.

Pourquoi ?

Tous simplement parce que les taux proposés pour un nouveau contractant reposent sur le TME (Taux moyen des Emprunts d’Etat), alors que votre révision portera certes sur le TME mais auquel on impute une marge. Aussi, ne laissez pas le chant des sirènes vous déstabiliser !

Alors renégocier son prêt demande de l’habilité et il est nécessaire de bien étudier le dossier avant de prendre la décision !

Assurance de prêt : le libre choix de son assurance

Assurance d'empruntLe 26 janvier 2014, les banques seront dans l’obligation de vous remettre lors de la première simulation d’un prêt une fiche d’information standardisée avec l’ensemble des caractéristiques de la garantie assurance qu’elles vous proposent.

Les conditions du choix de l’assurance

Bien sûr vous serez libre ou pas d’accepter, conformément à la loi Lagarde, l’offre de votre banquier ou de choisir librement une autre assurance.

Rappel : votre banque devra, dans le cadre du choix d’un autre assureur, dans les 10 jours ouvrés rendre sa décision. Aussi, elle ne pourra augmenter ni le taux, ni facturer des frais supplémentaires pour votre emprunt.

Lesiteimmo.com

Gagner du temps et de l’argent en confiant votre prêt immobilier à un professionnel !

3d small people -Quel emprunteur n’a pas dû suivre la fastidieuse route du démarchage des banques ?

Nombreux sont les courtiers qui ont su prendre le virage de l’internet. Ces professionnels vous permettent d’obtenir rapidement des informations sur :

  • Les tendances des taux d’emprunt,
  • Les assurances des prêts,
  • Les différents prêts et avantages.

Ces courtiers vous proposent grâce à leur site des outils vous permettant de connaître :

  • Le montant de votre prêt,
  • Le montant de vos mensualités.

Ces outils vous permettront d’éviter les longs démarchages auprès des différents établissements bancaires.

Que ce soit auprès d’Empruntis, Meilleur taux, Cafpi, vous devrez répondre à un questionnaire concernant :

  • votre situation familiale,
  • votre salaire,
  • vos revenus,
  • vVotre projet, qu’il ait attrait à de la résidence principale, secondaire ou plus simplement pour de l’investissement.

Le courtier pourra en quelques clics vous dire si votre projet est viable et possible.  Sous 24 à 48 heures,  le courtier vous informe de la recevabilité de votre projet et le présentera ainsi à ses partenaires banquiers (environ 100).

Le courtier s’occupe :

  • de la présentation à toutes les banques susceptibles d’accepter votre projet,
  • d’obtenir le meilleur coût de crédit auprès de ses partenaires.

Si le courtier en prêt immobilier vous facilite grandement la vie en s’occupant des démarches longues, fastidieuses, il ne pourra signer de contrat en votre nom et vous devrez vous rendre en agence pour valider le crédit auprès de l’établissement prêteur.

Aujourd’hui 20 % des emprunteurs passent par internet, mais le taux augmente régulièrement.

Faites une demande, ça ne vous engage à rien, auprès du partenaire de www.lesiteimmo.com

index

 

[lesiteimmo.com]

 

Immobilier, quelques chiffres clés pour mieux comprendre le marché

Les compteurs de l'immobilierDepuis 2008, la France « immobilière » souffre énormément.  En effet, la crise qui sévit depuis 2008 affole les compteurs de plusieurs points clés de l’immobilier. On parlera de la baisse des prix immobilier qui s’effritent doucement, des constructions de logements qui chutent fortement, du nombre de transaction qui tombe de 20 %; seul indicateur favorable, les taux d’emprunt qui, eux, diminuent.

Les prix des biens dans l’ancien :

Les prix de la pierre qui ont connu une hausse presque « exponentielle » entre 2008  et début 2011, en affichant au point culminant un prix au mètre carré de 8 228 € du m² dans l’ancien pour Paris (source guy hoquet), commencent à s’effriter petit à petit, puisque les indicateurs à fin 2012 indiquent une baisse de 5 % en moyenne sur l’ensemble du territoire. Ainsi le prix au m² de Paris passe de 8 228 € à 7 842 € du m², en Île de France on passe de 3 713 € à 3 593 € du m² et la province passe de 1 978 € à 1 900 € du m².

Les constructions dans le neuf :

Les mises en chantier de logements neuf qui ont connu une belle évolution depuis 2000, puisque les chiffres indiquaient 355 000 logements neufs en 2000, ont  progressé jusqu’à l’année 2007 ou elles atteignent 466 000 mises en chantier. Depuis lors, la baisse reste la tendance majeure; seul sursaut, en 2011. Pour 2012, le ministère du logement nous informe que le nombre de mises en chantier s’élèvent à 330 000, soit une baisse de 30 % en 6 ans.

Le nombre de transactions dans l’ancien et le neuf :

Le nombre de transactions immobilières lui, a chuté de près de 20 % entre 2011 et 2012. On est passé pour l’ancien de 858 200 à 700 000  transactions, et de 103 000 à 80 000 transactions dans le neuf. Les prévisions elles, restent très pessimistes puisque le ministère du logement indique que le volume des transactions perdrait encore 10 % cette année pour les 2 types de transactions, neuf et ancien.

Les taux de crédit immobilier:

Seul indicateur favorable en ces temps de crise immobilière, le taux d’emprunt qui lui ne cesse de chuter depuis 2008 jusqu’à 2011 ou les taux remontent un peu. L’année 2012 affiche un record de taux à 3.50 % pour les emprunts sur 15 ans et 3.25 % pour les emprunts à 20 ans. (source empruntis)

Si la valeur du patrimoine Français s’élèvent à 7 751 milliards d’euros, la crise immobilière que nous connaissons affaiblie considérablement la situation des ménages, puisque leur taux d’endettement double presque en 2 ans.

Les chiffres clés concernant le profil de l’acheteur potentiel (source empruntis):

  • Age moyen à 36 ans
  • Revenus nets moyens par foyer 4430 € par mois
  • Montant moyen emprunter 159 768 €
  • Apport moyen 50 465 €

lesiteimmo.com

Le marché commence à se bloquer

La hausse des taux immobiliers, des prix qui augmentent…tout est en place pour bloquer le marché immobilier!

Selon le Crédit Foncier et son étude publiée mercredi, le nombre de transactions de logements anciens en France devrait baisser en 2011 à cause de la hausse des taux d’intérêts des prêts immobiliers.

Si l’on en croit les prévisions d’Empruntis, les taux ne sont pas prêts de s’arrêter. « La BCE a maintenu ses taux directeurs inchangés en mars néanmoins les pressions inflationnistes persistant en zone euro, Jean-Claude Trichet a pour la première fois laissé entendre qu’une hausse du principal taux directeur était probable en avril prochain. Dans ce contexte, les taux des crédits aux particuliers sont donc définitivement sur un « trend » haussier, en effet, si les banques se refinancent prochainement à des taux plus élevés, cela se répercutera obligatoirement sur les taux des crédits aux particuliers. Le mois de mars devrait donc être à nouveau haussier, les banques ayant l’habitude d’anticiper les hausses de la Banque Centrale. La durée préférée des français 20 ans pourrait ainsi s’établir début avril à 4,15% contre 4,05% aujourd’hui. »

Les logements anciens : la hausse des taux devrait peser sur les transactions.

En 2010, 702 000 transactions dans l’ancien ont été réalisées, la prévision pour 2011 n’est pas très optimiste si les taux continuent de grimper, seulement 670 000 transactions seront effectuées estime Gérard Rul, directeur des études immobilières au Crédit Foncier. Pour l’instant, le marché de l’ancien n’est pas encore à l’arrêt, mais il se fatigue. Au premier trimestre 2011, le réseau Century 21 constate une baisse des prix par rapport au quatrième trimestre 2010 et une contraction du nombre de ventes, comparé à la même période un an plus tôt.

Les logements neufs : Une stabilisation grâce au PTZ+

En effet, le nouveau PTZ+ permet à de nombreux ménages de devenir solvables, ainsi les transactions dans le neuf devraient rester au alentour de 310 000.

Jusqu’à aujourd’hui, les ménages français, allongeaient la durée de leurs emprunts pour pallier à la hausse des taux. Mais ce système commence lui aussi à s’affaiblir et le fait que les vendeurs ne prennent pas en compte toutes ces données, n’arrange en rien l’écart qui se creuse avec les acheteurs.

Concernant les crédits immobiliers, les banques devraient, pour 2011, délivrer entre 120 et 130 milliards d’euros contre 158 milliards en 2010  a indiqué M. Rul.

Lire la suite

Le crédit immobilier pour les jeunes

Devenir propriétaire de son logement est le rêve de beaucoup et particulièrement les jeunes actifs. Avec seulement 55% de propriétaires, la France possède l’un des taux les plus bas des pays d’Europe. C’est pour cette raison que le gouvernement prend régulièrement des mesures incitatives notamment par le biais des prêts aidés (Prêt à taux zéro). Mais comment acquérir un bien immobilier lorsqu’on est jeune. Quels types de crédit les jeunes peuvent-ils envisager afin de devenir propriétaires ?

Les calculs à faire

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, la première démarche consiste à calculer le montant à emprunter. Pour cela, l’emprunteur doit évaluer en fonction de ses revenus et de la durée envisagée, la charge mensuelle qu’il est prêt à mettre pour son crédit immobilier.

Le dossier de prêt

Une fois que le plan de financement est correctement établi par le ou les emprunteurs, il faut se constituer un dossier de prêt pour vendre son projet aux banques sollicitées. Pour des jeunes actifs sans apport, n’ayant pas encore pu se constituer une épargne, le crédit à 110% est envisageable. Toutefois, pour y prétendre, le dossier devra être soigné et solide pour que la banque prenne le risque de financer en intégralité l’acquisition d’un bien et des frais inhérents à l’opération.

Le courtier en crédit

Dans le but de gagner du temps et avec l’objectif de trouver le meilleur taux ou le crédit qui correspondra le mieux au profil des jeunes emprunteurs, passer par un courtier en crédit immobilier peut être une solution pratique et peu onéreuse.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes jeunes mais que la banque discerne chez vous un fort potentiel au niveau de votre profil client, vous n’aurez pas de mal à trouver le financement approprié pour vous offrir le logement tant convoité.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Le nouveau PEL est-il un bon plan ?
Les meilleurs taux immobilier pour le mois de mars 2011
Un dossier béton pour séduire son banquier