A quel prix se chauffe-t’-on en France ?

Une étude réalisée par quelleenergie.fr auprès de 19 663 foyers franciliens nous informe sur les différents prix et modes de chauffage utilisés par la population. Des écarts de prix important qui passent du simple au double suivant votre mode de chauffage et l’isolation de votre maison.

Quel est le prix de chaque mode de chauffage  ?

Les prix du chauffage évoluent selon l’énergie utilisée. De grandes disparitées ressortent de l’étude pratiquée par quelleenergie.fr. Néanmoins, le bois reste sans conteste la ressource calorique la moins élevée puisqu’il vous en coûtera 6,1 euros au m² pour un an. Ensuite le gaz se positionne sur la deuxième marche du podium avec un coût annuel au m² de 11,5 euros. Ressource assez proche, le fioul qui lui vous propose un coût de 12,6 euros le m². Le plus cher restant, bien sûr sans surprise, l’électricité qui vous coûte presque 16 euros au m² par an.

le prix au m² par type de chauffage

Comment se chauffe les Français ?

L’étude démontre que le mode de chauffage le plus usité par les français reste l’électricité avec 38 % de la population. Cependant c’est le plus simple à installer ! Ensuite c’est le gaz qui intègre les foyers avec une part de 35 % de la population. Puis, 19 % des français utilisent le fioul et seulement 5 % de la population utilise le bois.

La répartitioin par prix et par mode de chauffage dans les foyers franciliens

 

L’étude montre que le coût moyen pour 2016 du chauffage en France atteint 1611 €uros. Note saler pour les utilisateurs du fioul notamment puisque le prix du fioul qui s’indexe sur les tarifs pétroliers qui flambent avec un coût annuel de 1927 euros. De quoi penser à changer de mode de chauffage notamment avec les nouvelles chaudières à granules.

Alors améliorer votre étiquette énergétique tout en faisant des économies substantielles. N’hésitez pas à demander les subventions adéquates pour vous faire aider lors de votre rénovation.

Décoration : le poêle la nouvelle tendance

Ils ont pris possession de nos intérieurs et les fabricants proposent des poêles ultra design qui allient chaleur et esthétisme. Les nouvelles solutions ouvrent un grand nombre de possibilités en termes de performances techniques. Découvrons ces nouvelles gammes des poêles qui réchauffent nos intérieurs.

Un combustible écologique et disponible.

Les nouvelles gammes de poêles évoluent et s’ouvrent à de nouvelles solutions qui permettent aux fabricants de développer de nouveaux produits. Le gaz prend de l’ampleur, le combustible naturel disponible est bien distribué, et de surcroît écologique. Le gaz élément naturel de notre environnement vient se substituer au bois. Il dégage peu de CO2 en comparaison aux autres énergies. Le gaz est déjà présent dans 9500 communes et est raccordé sur plus de 10 millions de foyers et pourrait en alimenter encore 8 millions de plus. Il devient un atout pour le chauffage de votre intérieur. En 2020, la gazéification de la biomasse, le bois ou la paille, permettra de produire du bio-méthane. Aussi, la filière forestière pourra fournir du gaz « vert » disponible et transformable sans nuisance de transport. Et 2030, les traitements des micro-algues devrait aussi fournir un gaz. Aussi, le gaz devrait s’imposer dans les demeures en termes de produit de chauffage. (Source GRDF)

Des éléments de décoration tout en diffusant la chaleur.

Aussi de nombreux fabricants de poêles se sont tournés vers cette source d’énergie qui régit leur développement et offre une plus grande variété de choix en termes d’innovation.

De grands noms du secteur, ont ainsi décidé de créer de nouveaux poêles ou inserts qui permettent d’utiliser cette énergie qu’est le gaz de manière confortable et autonome. Ainsi, on retrouve des inserts avec une double rampe de bruleurs qui chauffent plus et qui apportent une touche esthétique à votre intérieur. La flamme qui est visible sur plusieurs faces devient un élément de décoration qui accueille les convives et anime la maison d’une ambiance de sérénité.

L’installation est-elle disponible sur tout type de logement ?

Un insert ou un poêle à gaz dans votre maison bien sûr c’est possible ! Que l’on soit dans une rénovation ou pour l’acquisition ou la construction d’une maison neuve. Celle-ci rentre de plus dans la norme RT 2012. Mais la maison n’est pas la seule à pouvoir bénéficier de cette merveilleuse chaleur.  Les appartements peuvent également être équipés de ce type de chauffage avec un système de raccordement en ventouse. Le combustible en ville ne nécessitant aucun dispositif de stockage, il permet aux nouveaux produits d’équiper facilement tout type de logement.

Comment fonctionne-t-il ?

Comparable à votre chauffage central, le système de poêle ou de l’insert à gaz est équipé d’une télécommande qui gère le thermostat et l’ambiance de votre poêle. La télécommande vous permet d’allumer et de gérer la température au degré près. Vous pouvez également programmer l’allumage suivant votre rythme de vie et faire en sorte de rentrer dans une maison chaude avec un foyer agréablement chauffé par les flammes.

L’inconvénient majeur réside dans l’entretien de votre matériel qui doit impérativement être fait par un professionnel du gaz. Le poêle ou insert à gaz offre en compensation de nombreux avantages de par la disponibilité du combustible, pas besoin de rentrer le bois, pas besoin de nettoyer les cendres, bref un produit idéal.

 

Les coûts de « rabot » de l’immo….

Les députés ont adopté hier les différents « coups de rabot » proposés par le premier ministre François Fillon.

En effet, le plan de rigueur annoncé par Monsieur le Président de la République va apporter des changements notables dans l’immobilier.

La disparition de Scellier :

La disparition du dispositif fiscal Scellier, à compter du 1er janvier 2013.

La taxe sur les loyers abusifs :

Afin d’éviter les loyers abusifs, une taxe variable sera appliquée aux logements de moins de 13 m² ayant un loyer supérieur à 40 € / m².

Le crédit d’impôt pour le développement durable sanctionné :

En effet, le crédit d’impôt destiné à favoriser l’amélioration de l’habitat en préservant l’environnement (grenelle) va voir son taux de réduction fortement diminuer.

Le PTZ+ , nouvelle version :

Le PTZ+ sera revisité et ne sera plus octroyé pour la subvention d’un logement ancien. Il favorisera désormais l’achat dans le neuf sous certaines conditions.

Revalorisation de l’aide au logement :

L’aide au logement sera indexée sur la croissance, et non plus sur l’inflation. (Taux de croissance prévu par le gouvernement 1%)

Une taxe ménagère :

Une taxe sur les ordures ménagères va être instaurée afin de diminuer les déchets des ménages.

Lesiteimmo.com

Les aides aux énergies renouvelables en région

On a tendance à l’oublier, mais les collectivités locales mettent de plus en plus d’actions en route pour lutter contre la précarité énergétique. En 2011, c’est 3 320 aides apportées aux ménages français et un budget moyen de 748€ par projet.

Selon une étude réalisée par le consultant Almane énergie pour le site Internet Consoneo, les aides sont mises en place aussi bien par les conseils régionaux, généraux, les communautés de communes et les communes elles-mêmes.

Ces aides permettent aux ménages de dépasser le frein du coût du projet. Elles ont pour but d’inciter le particulier à sauter le pas. En effet, si celui-ci réussit à cumuler les aides de l’état ainsi que celles des collectivités territoriales, alors son projet de rénovation énergétique devient plus abordable. Un autre élément pousse les ménages à entreprendre ces travaux : l’envolée des prix  du gaz, du fioul et de l’électricité.  En plus, d’agir en direction de la planète ils agissent directement sur leurs porte-monnaie.

Toujours selon cette étude, sur les 26 conseils régionaux, 20 proposent une ou deux aides avec un montant de 1 725€ en moyenne.  Mais également, 19 conseils généraux et 1 milliers de communes qui débloquent 1 031€ et 718€ en moyenne.

Les régions les plus impliquées

Consoneo a défini un Palmarès (toutes énergies renouvelables confondues) des régions les plus impliquées et qui ont fait le choix de prioriser cette précarité énergétique.

« Les Pays de la Loire sont en tête des régions de France pour le montant des aides et subventions potentiellement octroyées au particulier par les collectivités territoriales : conseil régional, conseils généraux, communes et communautés de communes. Elle est suivie de la Corse, grâce à un effort financier important du conseil régional, puis de la Lorraine, où les collectivités territoriales sont impliquées dans l’ensemble des énergies renouvelables. » A l’inverse,  la région Bretagne privilégie les projets industriels ou ceux développés par les agriculteurs.

Quelles sont les travaux les plus réalisés ?

Le solaire thermique est l’énergie la plus convoitée, ainsi que le chauffage au bois. La majorité des aides des collectivités locales ont un peu délaissé la thématique de l’isolation des logements, pourtant primordiale pour lutter contre la déperdition d’énergie. Cette tendance devrait s’inverser avec la campagne de lutte contre la précarité énergétique que lance le Gouvernement, pour 3.4 millions de foyers dépensant plus de 10% de leurs revenus pour se chauffer.

Ces articles peuvent vous intéresser :
Et si on faisait des travaux ?
Quelle énergie pour chauffer mon logement ?
Le photovolaïque va-t-il être victime de son succès ?
Après le DPE, l’étude thermique pour une rénovation efficace.

Une prime à la casse… pour ma chaudière !

(Lesiteimmo.com) – Suite au lancement de l’Observatoire de la précarité énergétique, Nathalie Kosciusko-Morizet indiquait que « 6,5 millions de Français avaient souffert du froid en janvier car ils étaient mal chauffés « . De son côté Eric Besson annonce que le prix du gaz augmentera de 5% au 1er avril 2011…Une bien mauvaise nouvelle pour grand nombre de consommateurs !

Le ministre de l’Industrie et de l’Energie, Eric Besson, a présenté, pour enrayer cette augmentation, deux nouvelles aides.

D’une part, la hausse de 20% du rabais social dont bénéficient les foyers les plus modestes.  A ce jour, seuls 300.000 ménages profitent de ce tarif social, alors qu’ils sont 800.000 éligibles au total. Le ministre a donc souhaité que « l’attribution de ce tarif social soit automatique, sur la base des fichiers dont disposent les organismes sociaux « . Un arrêté devrait paraître avant fin juillet 2011.

D’autre part, une prime à la casse pour les chaudières anciennes. Un dispositif mis en place avec GDF Suez, pouvant  aller jusqu’à 250 €, qui «  aidera à installer des équipements plus économes en gaz « . Parallèlement, « j’ai demandé à GDF Suez de proposer, à partir du 1er avril prochain, un bilan énergétique gratuit pour tous les consommateurs qui en font la demande« , a ajouté Eric Besson. Concrètement, des conseillers de l’opérateur gazier auront pour mission d’aider les clients abonnés à mieux comprendre leur consommation et à identifier les principales sources d’économie. C’est d’ailleurs GDF qui financera la prime à la casse.

Les professionnels du chauffage sont sceptiques…

Cet intitulé rappelle bizarrement le principe de  prime à la casse pour les voitures ! Or le produit ici n’est pas le même et ne véhicule pas le même besoin. « Il ne s’agit pas d’un achat passion, comme peut l’être celui d’une automobile. L’achat d’une chaudière serait plutôt un achat corvée, au mieux un achat planifié pour certains consommateurs qui se préoccupent désormais de la performance énergétique de leur habitat « commente Jean-Paul Ouin, Délégué général du Syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques (Uniclima).

Concernant le développement des ventes, les professionnels émettent des réserves. L’achat d’une chaudière est un investissement lourd. Il faut que les efforts concernant cette prime durent sur le long terme pour pouvoir escompter une augmentation des ventes  car comme l’a affirmé la ministre de l’Ecologie, le mouvement de croissance du prix de l’énergie est inexorable et va se prolonger.

En chiffres
L’âge minimum d’une chaudière en France se situe entre 10 et 15 ans.
Quelque 3 millions de chaudières à gaz de plus de 20 ans seraient concernées par la prime (source : Viessmann)
Prix moyen d’une chaudière basse température : 2.000 à 3.500 €
Prix moyen d’une chaudière à condensation : 3.000 à 4.500 €

Ces articles peuvent vous intéresser :
Quelle énergie pour chauffer mon logement ?
Quelle pompe à chaleur installer ?
Quel poêle choisir ?

Ce qui s’est dit en mars…

Agence immobilière

Un logiciel de gestion d’annonces pour les réseaux immobiliers.
Spécialiste de la multidiffusion d’annonces depuis 10 ans, Ubiflow,  lance un nouveau service. La solution Cockpit,  à destination des groupes et réseaux professionnels de l’immobilier.  Cet outil permet de centraliser, gérer et piloter les annonces, les réseaux immobiliers peuvent ainsi augmenter leur performance et leur retour sur investissement. Lire la suite

Des agences immobilières pour lutter contre le mal-logement.
L’agence solidarité logement propose aux agences immobilières de consacrer 1 % de leur chiffre d’affaire annuel au profit des mal-logés. Lire la suite

Location

Locataire, vous ne devez pas tout payer.
Certains administrateurs de biens, malgré la sonnette d’alarme tirée par l’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie) en 2006, n’hésitent pas à facturer aux locataires des prestations normalement gratuites. Locataires, ne vous faites plus avoir !

Scellier classique ou intermédiaire ?
Le programme Scellier propose 2 régimes, le scellier classique et le scellier intermédiaire avec une orientation »sociale ». Récapitulatif sur les avantages et inconvénients de ces 2 programmes. 

Le niveau des loyers en France
L’observatoire Clameur, qui regroupe les chiffres de la plupart des professionnels français dans le neuf et dans l’ancien, risque de faire du bruit. Après avoir subi un sérieux coup de frein en 2009 (0%), les loyers sont repartis à la hausse en France en 2010 de 2,5% (voir par régions et par villes). 

Chauffage

Une prime à la casse…pour ma chaudière !
Suite au lancement de l’Observatoire de la précarité énergétique, Nathalie Kosciusko-Morizet indiquait que « 6,5 millions de Français avaient souffert du froid en janvier car ils étaient mal chauffés « . De son côté Eric Besson annonce que le prix du gaz augmentera de 5% au 1er avril 2011…Une bien mauvaise nouvelle pour grand nombre de consommateurs ! 

Quelle énergie pour chauffer mon logement ?
On en revient toujours aux mêmes questions : mon mode de chauffage est -il le plus économique, le plus respectueux de l’environnement ? Lesiteimmo, vous propose un récapitulatif des avantages et inconvénients des différentes énergies, pour y voir plus clair…

Financement

Le marché commence à se bloquer
La hausse des taux immobiliers, des prix qui augmentent…tout est en place pour bloquer le marché immobilier!Selon le Crédit Foncier et son étude publiée mercredi, le nombre de transactions de logements anciens en France devrait baisser en 2011 à cause de la hausse des taux d’intérêts des prêts immobiliers. 

L’avantage du Prêt à Taux Zéro +, ne compensera pas la remontée des taux.
Le prêt à taux zéro plus (PTZ +) ne suffira pas à amortir l’effet de la remontée des taux d’intérêt sur la moindre solvabilité des candidats à l’achat d’un logement.

Ajouter des m² en plus : la solution…
Meilleurs taux et le quotidien la Tribune ont établi la liste des 3 leviers qui permettent aux futurs acquéreurs d’augmenter leur nombre de m².

 

Courbes de Friggit pour le mois de mars
Jacques Friggit vient de mettre à jour ces nouvelles courbes concernant les prix de l’immobilier et les revenus des français.

Une hausse des taux possible en avril selon la BCE…
Comme attendu, la BCE n’a pas modifié ses taux directeurs ce jeudi. Une hausse des taux est « possible » en avril, selon Jean-Claude Trichet. La BCE a revu en nette hausse ses prévisions d’inflation pour 2011 mais prévoit que la hausse des prix reviendra sous son objectif de moyen terme de 2% en 2012.

Achat

DPE et PTZ+, des effets sournois!
Depuis sa mise en place en janvier, le DPE fait parler de lui. Après le questionnement sur l’intérêt de cette étiquette sur les annonces de vente et de location immobilières. UFC Que Choisir, dénonce le caractère aléatoire et le manque de fiabilité de ce type de diagnostic. Aujourd’hui, c’est au tour des professionnels du diagnostic immobilier de se faire entendre et de dénoncer les pressions qu’ils subissent de la part des vendeurs et des futurs acquéreurs pour bénéficier du montant maximal du PTZ+. 

Les prix ont continué de grimper en février…
Le contraire eût été étonnant : De Particulier à Particulier, qui publie ce lundi son indice pour le mois de février, assure que les prix s’affichent toujours en hausse (+0,33% pour les appartements, et + 0,52% pour les maisons). Les délais moyens de transaction restent, eux, stables : les propriétaires d’un bien immobilier doivent toujours compter en moyenne cinq semaines pour vendre leur appartement et deux de plus pour vendre leur maison. 

Constat de l’étendue du DPE sur lesiteimmo.com
Trois mois après l’obligation de mentionner le DPE sur toutes les annonces immobilières lors d’une vente ou d’une location, Lesiteimmo réalise un constat sur l’étendue de la consommation énergétique des logements français. 

Où trouver les logements les plus économes en énergie ?
Chaque annonce de logement que vous regardez est accompagnée à chaque fois de la performance énergétique du bien et quelque fois de ses émissions de gaz à effet de serre. Lesiteimmo, vous propose une étude menée sur 44 500 annonces mentionnant un diagnostic DPE et GES  présentes sur le portail, afin de déterminer où se trouve les logements les plus économes et comment s’établissent les dépenses énergétiques des ménages français. 

Politique

Un bureau vide = un logement.
Des locaux professionnels revus en habitation, une solution pour lutter contre la crise du logement !

Quelles pompes à chaleur installer ?

(Lesiteimmo.com) – Avec l’augmentation du coût des énergies fossiles, les pompes à chaleur permettent de chauffer la maison à moindre coût. Bénéficiant des aides fiscales de l’Etat en faveur du développement durable, c’est le moment de faire installer une pompe à chaleur géothermique ou aérothermique dans votre habitation. Un crédit d’impôt de 50% est accordé aux pompes dont le coefficient de performance est supérieur à 3.3%.
Si la vente et la pose est réalisée par une entreprise, le taux de TVA appliqué est de 5.5%.

Les pompes à chaleur géothermiques

Les PAC géothermiques prélèvent la chaleur du sol ou de l’eau souterraine grâce à des capteurs enterrés horizontalement ou verticalement dans le sol. Les pompes à chaleur géothermiques assurent 100% du chauffage de la maison mais exigent un investissement et des travaux importants. Elles sont donc à privilégier pour les constructions de maisons neuves. Elles produisent également l’eau chaude sanitaire. Classées dans la famille des énergies renouvelables, leurs exploitations n’émettent ni gaz à effet de serre, ni polluants.

  • Les PAC géothermiques sol/eau

Les PAC sol/eau sont enterrées horizontalement dans le sol (profondeur entre 60 et 120 cm). Appropriées aux terrains plats, elles exigent cependant de disposer d’une surface 1 fois ½ à 2 fois supérieure à la surface à chauffer.

  • Les PAC géothermiques eau/eau

Les PAC eau/eau captent l’énergie contenue dans l’eau souterraine (nappes phréatiques). Elles nécessitent un, voire deux forages (profondeur entre 30 et 100m).

Les pompes à chaleur aérothermiques

Les PAC aérothermiques utilisent la chaleur de l’air. Nécessitant peu de travaux d’installation, elles doivent être complétées par un chauffage d’appoint les jours de grand froid. C’est donc un système qui convient bien à la rénovation de logements, aussi bien les maisons individuelles que les appartements (avec l’accord de la copropriété). Certains modèles réversibles permettent de climatiser le logement en été. Facile à mettre en œuvre et moins onéreuse que la géothermie, l’aérothermie permet de réduire de 70% sa facture de chauffage.

  • Les PAC aérothermiques air/air

Un seul élément (monobloc) est installé à l’extérieur ou à l’intérieur du logement.

  • Les PAC aérothermiques air/eau

La chaleur de l’air captée à l’extérieur permet de chauffer de l’eau qui circule dans un plancher chauffant et alimente des radiateurs basse température ou des ventilo convecteurs.

Quelle énergie pour chauffer mon logement ?

(Lesiteimmo.com) – On en revient toujours aux mêmes questions : mon mode de chauffage est-il le plus économique, le plus respectueux de l’environnement ? Lesiteimmo, vous propose un récapitulatif des avantages et inconvénients des différentes énergies, pour y voir plus clair…

Deux éléments montrent l’importance de bien réfléchir à son moyen de chauffage. En 2009, les ménages français ont dépensé  environ 47 500 millions d’euros en énergie pour leur résidence principale.  Soit 18% de leurs revenus consacrés aux dépenses d’énergie.  Depuis le début de l’année, le DPE devient obligatoire et de plus en plus influent lors de la location ou la revente d’un logement, le choix du type de chauffage est donc à prendre au sérieux et mérite une réelle attention.

Le chauffage électrique

La nouvelle loi sur l’organisation du marché de l’électricité (nome), qui doit entrer en vigueur au 1er juillet prochain, prévoit en effet que EDF, l’opérateur historique d’électricité, devra céder à ses concurrents – GDF Suez, Direct Energie et autre Powéo – jusqu’à 25% de l’électricité produite dans les centrales nucléaires. Le prix de vente doit être fixé par arrêté ministériel. Ce nouveau mécanisme est censé doper la concurrence dans un secteur ultra-dominé par EDF. La facture pourrait grimper de 5% par an.

 

 

Le chauffage au fioul

La chaudière au fioul est de moins en moins prisée par les ménages. Le stockage nécessite une place importante et son augmentation de prix régulière à tendance à freiner les propriétaires. le fuel contribue d’ailleurs à la pollution de l’air et la production de CO2, gaz à effet de serre . Ce qui n’est pas vu d’un bon oeil aujourd’hui, notamment lorsque l’on essaie de vendre son bien (obligation d’informer sur le diagnostic Gaz à Effet de Serre depuis janvier 2011).

Le chauffage au  gaz naturel

Source lefigaro.fr

Au premier avril 2011, le gaz augmente de 5% soit une hausse de 20% en un an. 10,8 millions de foyers raccordés au gaz naturel sont concernés par cette mauvaise nouvelle. La hausse d’environ 5% représente un surcoût de l’ordre de 45 euros en moyenne pour leur facture de chauffage. Le 1er avril 2010, il avait bondi de 9,7%. En juillet dernier, il s’était à nouveau apprécié, de 4,7%. Cet hiver, le gouvernement avait décrété une pause. La hausse des tarifs réglementés du gaz qui s’annonce n’est pas une surprise. Les prix de cette énergie découlent directement des cours du pétrole. Or, le prix du brut s’est installé depuis plusieurs semaines au-dessus de la barre des 100 dollars.

Également appelé gaz de ville, ce type de chauffage offre un grand confort. A l’inverse du chauffage électrique qui assèche l’air, le chauffage gaz offre une chaleur douce et homogène, plus saine pour les voies respiratoires.

 

 

 

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois devient l’un des moyens le plus avantageux et le plus recherché pour obtenir une chaleur douce dans son logement. De plus en plus de ménages  (un sur deux) utilisent ce moyen de chauffage : sa rentabilité, son alternative écologique et les nombreuses aides fiscales ont contribué à cet engouement.
Vous pouvez bénéficier pour l’achat et l’installation d’un poêle à bois :

  • un crédit d’impôt de 50% si le rendement de votre poêle dépasse 65%
  • un taux de TVA de 5.5% si la pose est effectuée par un Professionnel
  • une subvention de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah), sous condition d’éligibilité
  • une subvention régionale selon les régions.

Le chauffage par les pompes à chaleur

Le coût  des énergies fossiles augmentent et c’est pour cela que les pompes à chaleur permettent de chauffer la maison à moindre coût. Ce moyen de chauffer son logement permet au propriétaire de bénéficier également d’aides fiscales de l’Etat en faveur du développement durable. Un crédit d’impôt de 50% est accordé aux pompes dont le coefficient de performance est supérieur à 3.3%. Et si vous faites réaliser la pose et la vente par une entreprise, le taux de TVA sera de 5.5%.

Le chauffage solaire

Le chauffage solaire est La solution pour réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en couvrant de 20 à 50% des besoins en chauffage de la maison. Mais attention, prévoyez tout de même un chauffage d’appoint en cas de rayonnement solaire insuffisant.
Vous pouvez pouvez bénéficier de différentes aides :

  • d’un crédit d’impôt (50% du coût du matériel)
  • d’un taux de TVA à 5.5% (si la pose est effectuée par un professionnel et que le logement à plus de 2 ans)
  • d’une subvention de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) selon les ressources et pour les logements de plus de 15 ans

Sachez également que de nombreuses collectivités locales octroient des subventions
Source : Service de l’observation et des statistiques (SOeS), comptes du logement

Réalisez un devis en cliquant ici

Ces articles peuvent vous intéresser :
Et si on faisait des travaux ?
Les prix du photovoltaïque chutent…

Comment maîtriser sa consommation d’électricité en période de froid!

(Lesiteimmo.com) – En cette période de froid qui ne nous quitte plus, lesiteimmo.com NEWS, vous propose quelques conseils pour ne pas faire entrer ce froid dans votre logement et ainsi maîtriser votre consommation :

– éteindre la lumière lorsque l’on quitte une pièce,

– fermer ses volets dès que la nuit est tombée pour mieux conserver la chaleur dans le logement,

– enfiler un pull plutôt que d’augmenter le chauffage, la température idéale étant de 19° dans les pièces à vivre, pour les chambres : 16°C à 17°C.  Pensez à ajouter une bonne couverture… Pour la chambre de bébé, le corps médical recommande une température maximale de 18-19°C. Si vous devez vous absenter pendant plusieurs jours, baissez votre chauffage pour atteindre 14°C sur l’ensemble du logement.

– éteindre totalement les appareils dont on n’a pas l’usage immédiat plutôt que de les laisser en veille,

– préférer une douche à un bain si l’on possède un ballon électrique,

– utiliser les lave-linges, lave-vaisselles, sécheuses pendant la nuit ou durant la journée avant 18 heures.

Ces conseils sont à appliquer entre 18h et 20h, heures où chacun rentre chez soi, allume télévision, chauffage…

Nous en profitons pour vous suggérer quelques éco-gestes, qui vous sembleront sûrement logiques, mais il est toujours bon de faire une petite piqûre de rappel !

– Ne laissez pas une fenêtre entre-ouverte lorsque le chauffage fonctionne. L’aération des pièces est importante, mais ouvrir en grand pendant 5 minutes , deux fois par jour, suffit à renouveler l’air de la pièce de manière satisfaisante.

– Éteindre complètement ses appareils type télévision, ordinateurs, tous les soirs. Un appareil en veille consomme 2 fois plus d’énergie que lorsqu’il est en marche.

– Evitez de mettre des rideaux devant les sources de chaleurs. Pour qu’ils puissent chauffer de manière efficace, un radiateur ne doit pas être recouvert ou gêné par un rideau ou autre élément de décoration.

Ces éco-gestes vous permettront de baisser votre consommation en énergie et ainsi de faire un geste pour la planète.