Immobilier : Lille, une ville qui bouge en immobilier

Lille remanie complètement son marché immobilier en suspendant l’encadrement des loyers. De quoi redonner de la vigueur aux investisseurs. De plus, la commune ouvre de nouvelles formules d’aides pour favoriser la construction. De quoi réfléchir pour devenir propriétaire.

Lille les prix s’envolent

Malgré une hausse des prix comprise entre 2 et 4 %, le marché de l’immobilier se porte plutôt bien à Lille. D’ailleurs, les stocks des professionnels ont tellement fondu (compter 1 mois en moyenne pour vendre) que la pénurie commence à se faire sentir sur certains types de produits. Les primo-accédants vont peiner désormais pour accéder à la propriété d’une maison. Ils doivent se rabattre sur les appartements pour lesquels, selon le quartier et la surface, les prix évoluent entre 2 000 euros et 4 000 euros. La mairie ayant mis des aides incitatives en place (logement à prix maîtrisé, foncier solidaire) les ménages se rabattent sur le neuf qui leur proposent des prix plus acceptables. Pour les secundo-accédant qui désirent augmenter leur surface, la pénurie est plus importante. Il faut qu’ils envisagent un budget minimum 380 000 euros pour acquérir un logement plus grand dans le Vieux Lille. Le neuf pourra encore faire baisser la note de près de 50 000 euros, mais dans ce cas l’hypercentre n’est plus d’actualité. Retrouvez toutes les maisons disponibles à Lille sur www.lesiteimmo.com.

Lille la location redémarre !

La suspension de l’encadrement des loyers sur la grande ville de Lille relance l’engouement des investisseurs. Avec plus de 150 000 étudiants dans la belle ville du Nord, Lille est un pôle attractif pour les propriétaires. Notamment, sur les petites surfaces meublées qui commencent à manquer sur le marché immobilier et donc se reloue rapidement. Avec un rendement brut moyen de plus de 5 %, les investisseurs se ruent sur les studios. Mais attention aux charges qui pèsent fortement sur les prix.

Immobilier Nord et Pas de Calais : pourquoi investir dans le Nord de la France?

Selon une enquête la ville de Lille serait devenue la plus grande ville de France où les prix seraient les plus abordables. Alors pourquoi il fait bon investir dans le Nord de la France ? Pourquoi ne pas profiter des opportunités du moment ?

Pourquoi investir dans le Nord de la France ?

L’année 2015 a été, d’après les professionnels, une année plutôt bonne en termes d’immobilier. Les chiffres le prouvent, plus de 7,8 % de ventes d’appartements dans l’ancien et le taux atteint 10,8 % pour les maisons anciennes.

Pour l’immobilier neuf, les chiffres sont encore plus parlant puisque l’on passe à plus de 38,6 % de ventes d’appartements neufs pour le Nord et le Pas de Calais affiche également une hausse de près de 27 %. Bien sûr il faut pondérer ces taux au vue d’un historique de ventes relativement faible.

Pourquoi ne pas être opportuniste ?

Les prix ont baissé, les taux restent encore historiquement bas et la loi Pinel redonne envie aux investisseurs et primo accédant d’investir. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Si le Nord de la France a repris des couleurs en immobilier, c’est bien car les prix ont fortement baissé.

En effet, selon les relevés, seul les appartements anciens à Roubaix seraient restés à un seuil élevés. Armentières baisse de 10,6 %, Loos dépasse les 15 % de baisse, Mons en Baroeul explose avec des baisses qui affleurent les 19 %. Pour le Pas de Calais c’est Calais qui dévisse les prix de près plus de 13 % et Boulogne sur Mer se résonne et affiche une baisse de plus de 8 %.

Découvrez Calais en vidéo:

Pour les maisons anciennes les baisses de prix oscillent entre près de 5% et 19 %. Il y a une grande diversité de prix selon la région dans laquelle vous allez investir. Le bassin minier se négocie à un prix médian aux alentours de 130 000 euros pour une maison ancienne contre plus de 309 000 euros dans le secteur de Neufchâtel-le-Touquet qui pourtant baisse de 18,6 %.

Pour les terrains, le prix médian baisse de plus de 10 % dans le Nord et se négocie autour des 60 000 euros alors que le Pas de Calais reste sur des prix de 50 000 euros. On retrouve néanmoins les exceptions sur la métropole Lilloise et sur le secteur de l’Avesnes.

Découvrez les plus belles opportunités des villes de Lille et Calais :

Vente Appartement

395 000 €
Très beau programme dans le Vieux Lille de 16 appartements sur 5 étages. Venez découvrir cet appartement T4 au 3ème…

Vente Appartement

315 000 €
En dernier étage rue royale, appartement lumineux plein SUD. Appartement de type 3 en duplex au calme d'une cour intérieure.…

Vente Appartement

369 000 €
LILLE Centre. Quartier Bd Liberté / rue Nationale. Dans une copropriété sécurisée et bien entretenue de 12 lots, au 5è…

Vente Appartement

493 500 €
Réf : LI3619. Votre agence Abrimmo Lille vous propose en exclusivité ce vaste T3 d'env. 117 m² situé rue du…

Vente Appartement

413 400 €
Lille Vauban, superbe T4 état impeccable, à voir ! parquet, CfB, beaux volumes. 3 gdes chambres. Nbx rangements. Petit extérieur,…

Vente Appartement

308 000 €
Appartement 3 pièces, au pied des gares de Lille, comprenant un hall d'entrée desservant un séjour donnant sur une grande…

 

Lille : le précurseur du foncier zéro euro

Pour la première fois en France, une collectivité vient de racheter à zéro euro un terrain bâti de l’état. Une première depuis la promulgation de la loi concernant le foncier public de 2013.

C’est à Lille que s’est signé la première cessation à titre gratuite d’un terrain foncier appartenant à l’état à destination d’une collectivité qui va y bâtir des logements. Situé en centre ville, les bâtiments du ministère de l’équipement évalués à 500 000 euros va être reconverti en 50 appartements. Mais la ville de Lille ne s’est pas arrêté là. Une autre cessation a eu lieu portant cette fois sur un terrain de la SNCF. Un peu plus cher cette fois puisque la décote ne fut que de 50 % pour un terrain en valant 7, 2 millions d’euros. En revanche, la superficie plus importante va permettre d’envisager la construction d’un ensemble de 2 500 logements à partir de 2019 dont un tiers seront attribués aux logements sociaux.

Une défiscalisation d’enfer

En effet, avec plus de 1,7 millions de ménages en attentent de logements sociaux, la pénurie est grande en termes de logement en France. Ainsi, le gouvernement entend pousser les bailleurs sociaux à acquérir des biens directement auprès de l’état plutôt que de passer par les collectivités afin de gagner du temps. Le gouvernement a aussi prorogé jusqu’au 31 décembre 2018 l’avantage fiscal aux particuliers qui céderaient leurs terrains constructibles pour y bâtir des logements sociaux, pour lesquels l’état pratique une exonération totale de la plus-value immobilière.

Lesiteimmo.com