Immobilier : un nouveau plan d’action pour le logement -covid-19

Par Émeline le 16 avril 2020 258 vue(s)

Un plan d’action pour le logement doit être mis en place par le gouvernement. Il est primordial d’éviter la paralysie des ventes de logement pendant la crise pandémique. L’objectif est de soutenir le pouvoir d’achat des Français au cours des mois à venir pour soutenir l’activité.

Des chiffres accablants dus à la crise.

Un ralentissement de près de 90 % de la production et du commerce concernant le logement est engagé. Il va lourdement peser sur les résultats de fin 2020. L’État estime un manque de production pouvant aller jusqu’à 150 000 logements neufs que ce soit appartements ou maison en France. Entre 200 000 et 300 000 emplois dans le secteur du bâtiment seraient compromis sur cette même période. Et les prévisions sont défaitistes, sur le plan du nombre de transactions, puisque l’on évalue à près de -20 % par rapport à l’année dernière. Ces chiffres tendront à s’aggraver si le confinement continue.

Quel plan d’action pour le logement ?

Le ministre de la ville et du logement explique que sa priorité et la continuation des activités immobilières afin de sauvegarder les entreprises du secteur.  Henry Buzy-Cazaux demande des mesures fortes grâce un un plan d’action pour lequel il détaille les mesures possibles :

  • la prise de mesures considérables pour le soutien de la demande pour la fin de 2020 et 2021,
  • remettre en place des mesures qui ont été rognées comme le prêt à taux zéro, le dispositif Pinel,… Une prorogation de ces mesures connues par les particuliers et professionnels avec une diminution des critères de limitation de ceux-ci.
  • la mise en place d’avantages incitatifs forts qui permettront aux ménages de ne pas hésiter face à l’achat de logements anciens.
  • mettre en place plus d’avantages également pour aidés les ménages les moins aisés dans l’acquisition de leur bien immobilier.
  • faciliter les investissements locatifs en créant un attrait fiscal intéressant pour ces biens.

Ces propositions qu’elles soient reprises ou bien que d’autres soient proposées devront être vite débattues, au niveau du gouvernement pour obtenir une relance plus rapide de la profession.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *