Construction : « bras de fer » entre l’Etat et le bâtiment

Par Émeline le 19 mars 2020 280 vue(s)

Le bâtiment déboussolé par les directives du gouvernement. L’Etat souhaite que les chantiers de construction maintiennent leur activité et ce malgré le confinement. Mais les conditions de travail et les directives s’opposent.

Le bâtiment dans le flou

D’après un texte signé par le ministre de l’intérieur et relayé par Batiactu, « il est bien évidemment admis que les personnes qui exercent une activité qui les oblige à se déplacer (les livreurs par exemple) ou à travailler en extérieur (chantiers de bâtiment et des travaux publics notamment) doivent la poursuivre », bien sûr ils doivent avoir la dérogation de déplacement. Apparemment l’Italie, qui applique la mesure de confinement, elle aussi, assurerait les chantiers pour maintenir l’économie à son niveau.

Néanmoins, le secteur de l’immobilier neuf reste perplexe et dans le flou.

Le bâtiment ou les conditions de travail sont difficiles

Les pouvoirs publics et les fédérations du bâtiment sont en total désaccord. Les professionnels du secteur souhaitent un arrêt provisoire des chantiers pour la sécurité de leurs équipes. Les conditions de travail sont bien trop complexes à gérer sur les chantiers. De plus, certains chantiers sont stoppés sur ordre comme Notre Dame.

Le secteur de la construction doit également composer avec ses partenaires et certaines structures, elles ont donné des directives claires en stoppant les chantiers pour la sécurité de leur personnel. Un problème supplémentaire qui favorise le « bras de fer » entre les entreprises du secteur du bâtiment et le gouvernement. Les professionnels expliquent que les règles de sécurité liées à la crise sanitaire ne peuvent être respecter dans leur corps de métier. Difficile de trouver un bon compromis pour le bâtiment et l’Etat. Un vrai casse-tête, car plusieurs entreprises souhaiteraient continuer simplement leur activité, mais les conditions exceptionnelles et difficiles les en empêchent.

Un problème supplémentaire pour l’Etat qui n’a pas vraiment besoin de cela en ces moments assez difficile.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *