Home / Actualités  / Villes  / Arles : le repli du volume des ventes de 30 %

Arles : le repli du volume des ventes de 30 %

Située entre Nîmes et Marseille, la « petite ville » d’Arles (75 893 hectares de superficie- plus grande commune de France métropolitaine) peuplée de plus de 52 000 habitants attire moins les acquéreurs de bien immobilier. Pourquoi ? Est-ce trop

arles

Située entre Nîmes et Marseille, la « petite ville » d’Arles (75 893 hectares de superficie- plus grande commune de France métropolitaine) peuplée de plus de 52 000 habitants attire moins les acquéreurs de bien immobilier. Pourquoi ? Est-ce trop cher ? Pour en savoir plus, Lesiteimmo.com vous propose un petit tour des quartiers d’Arles.

La structure de la ville par quartier

Les quartiers de la ville d’Arles se structurent autour de la vieille ville avec le quartier de la Cité, le quartier Hauture, le quartier de Méjan, de la Roquette et de la Cavalerie/Portagnel qui trônent à l’intérieur de l’enceinte médiévale. Ensuite la ville s’est développée autour de l’enceinte d’Arles avec des projets qui ont permis d’étendre l’implantation de la commune.

Une pénurie d’acquéreurs à Arles

La commune du département des Bouches-du-Rhône en Provence-Alpes-Côte d’Azur connaît aujourd’hui une pénurie de biens de qualité dans le centre. Malgré une stabilisation des prix générale, les acquéreurs restent timides. Et les professionnels s’inquiète du recul du nombre de ventes sur la commune 10 % en moins en un an.

Néanmoins, Arles plaît et certains bien deviennent rare, notamment les biens de 80 m² avec une petite cour exposé plein sud.

Petit d’horizon des quartiers arlésiens en termes de prix

Les arènes affichent une baisse de 4 % au maximum et les prix oscillent entre 2200 euros et 2400 euros le m². Dans le quartier de la Roquette, les prix stagnent et le prix au mètre carré reste fixe à 2500 euros. Concernant le quartier des Alycamps, même constat, les prix ne bougent pas et se stabilise Les prix oscillent pour les maisons des années 1970 à 2000 euros le m² les années 1960 surenchérissent à 2200 euros le m² pour finir avec les villas des années 1950 qui plafonnent elles à 2700 euros le m².

Pour le quartier de Trinquetaille en revanche, les immeubles des années 60 perdent 5 % de leur valeur et le prix au m² se négocie à 1200 euros. Tandis que les autres types de biens ne bougent pas en termes de prix. A Montplaisir les prix restent à 1300 euros le m². La plus forte baisse s’affiche vers St Rémy de Provence où le prix au m² du mas baisse de 5 % et passe à 4500 euros le m².

En bref peu de mouvement pour les prix Arlésiens. Une belle baisse à noter pour les mas de St Rémy qui chutent de 5%.

Retrouvez les opportunités Arlésiennes, en découvrant les maisons, mas et appartements d’Arles.

 

emeline@lesiteimmo.com

Community manager

Review overview
AUCUN COMMENTAIRE

PUBLIER UN COMMENTAIRE