Les astuces pour emprunter

Emprunter aujourd’hui paraît assez compliqué au vue du contexte économique fragile. Néanmoins, les banques, si elles sont plus rigoureuses sur l’accord d’un crédit, ne sont pas fermées. C’est pourquoi, une préparation attentive de votre projet rassurera et vous permettra d’augmenter vos chances d’octroi de prêt auprès de votre banquier.

Les prix de l’immobilier semblent stagner pour l’instant. Les taux d’intérêt eux n’ont jamais été aussi bas.  Les banques sont donc ouvertes à des financements mais sont plus strictes sur les dossiers. Elles auront tendance à prêter à des personnes au dossier solide, sur une durée plus courte. Dossier solide n’étant pas synonyme de revenus élevés confirme Maël Bernier, directrice de la communication et porte- parole du courtier en ligne empruntis.com : « les banques continuent à prêter à tous les profils, pour peu que la demande de financement soit raisonnable ».

Alors quelles sont les astuces pour rassurer son banquier afin d’obtenir son prêt ?

Tout d’abord, démontrer que l’on est bon gestionnaire. Quoi de plus rassurant pour un banquier de voir que les relevés de compte de son client ne présentent pas de découvert.

Ensuite, un apport pour commencer sera le bienvenu. Sauf en de rare cas, votre banquier sera plus ouvert, si vous empruntez avec un apport minimum. La majorité des emprunteurs devront présenter au moins 10 à 20 % du montant de l’acquisition. Vous prouverez ainsi votre capacité d’épargne et vous pourrez baisser votre taux d’endettement, surtout si vous emprunter sur du longue terme.

En parlant de taux d’endettement. Qu’est-ce que le taux d’endettement ?  Tout simplement, le rapport entre les charges financières (mensualités) liées à l’ensemble de vos emprunts et votre revenu mensuel.

Il faut savoir que si votre taux d’endettement est proche des 33 % vous aurez peu de chance d’obtenir votre prêt. Seules les personnes aux revenus élevés pourront espérer emprunter dans ce cas.

Attention à la quotité de financement de votre emprunt, les banquiers calculent toujours votre quotité de financement.  En effectuant le rapport entre la part du prêt que vous souhaitez souscrire et le coût totale de l’opération hors frais de notaire et les garanties. Plus votre quotité de financement sera élevée moins votre établissement prêteur souscrira à votre projet.

Attention à vos calculs, vous devez bien vérifier que l’emprunt ne vous fasse pas plonger dans le surendettement. En effet, vous devez savoir exactement la somme que vous déboursez au quotidien pour la gestion de vos frais, à laquelle vous rajouterez les mensualités de votre emprunt afin de savoir s’il vous reste quelque chose pour vivre.

Une banque ne vous prêtera pas, même à un taux d’endettement faible si votre reste à vivre est trop faible.

Autre point majeur dans la décision de votre banquier, le type de votre contrat de travail. Mieux vaut un CDI pour rassurer votre banquier. D’ailleurs si vous êtes en cours de négociation pour l’obtention d’un Contrat à Durée Déterminée Indeterminée, il serait toujours plus sage de repousser votre projet immobilier. Dans la situation économique actuelle, le CDI rassure et permet à la banque de travailler plus en confiance.

L’établissement prêteur sera également sensible à votre projet. Il vous fera certainement observer les différents aspects contraignant que pourrait avoir votre bien immobilier (éloignement des voies de circulation, achat de deux véhicules,…). Les petits points qui pourraient être négatifs lors d’une éventuelle revente.

Enfin, n’attendez pas trop pour acheter les banquiers sont plus enclin à prêter à des jeunes qui seront toujours en croissance « économique » qu’à des personnes d’une quarantaine d’années qui sont considérés comme entrant dans la catégorie « senior ».  De plus, un jeune emprunteur aura plus de facilité à négocier certaines clauses de son emprunt.

Alors lancez-vous, mais soyez vigilant et surtout rigoureux dans votre approche du projet. Vous pourrez ainsi rassurer votre banquier qui sera plus à l’écoute et donc susceptible de réaliser votre rêve.

Maison Paris avec vue surprenante…

appartement Paris surprenant(lesiteimmo.com) Un produit atypique, pour se loger à Paris. Avec une vue imprenable sur le Pont Alexandre 3 et les Champs Elysée. Pour moins de 300 000 € découvrez cette Maison de 45 m² à vendre en plein cœur de Paris.

Est-il judicieux de comparer les assurances habitation ?

Vous allez bientôt emménager dans votre premier appartement et vous savez qu’en tant que locataire d’un logement vide, vous allez devoir souscrire une assurance habitation pour vous couvrir contre les risques locatifs vis-à-vis du propriétaire de l’appartement mais aussi des voisins.

Or, votre budget ayant été bien allégé par le paiement du premier mois de loyer, de la caution et des frais d’agence, vous ne voulez pas avoir à payer trop cher une multirisque habitation. Sachez qu’il est alors dans votre intérêt de passer par un comparateur d’assurance !
Multirisque habitation imposée : trouvez le meilleur prix !

Il est tout à fait compréhensible de ne pas vouloir payer son assurance logement cher. En effet, l’important quand on est locataire et soumis à l’obligation d’assurance c’est de pouvoir justifier d’une garantie responsabilité civile apte, comme son l’indique, à couvrir votre responsabilité, celle de vos animaux domestiques ou encore celle de vos enfants en cas de pépin.

Au-delà de ça, sauf si vous vivez dans un château ou que votre appartement est un musée, les autres garanties sont presque superflues. Parce qu’il faut savoir que dans tout contrat d’assurance habitation, vous êtes couvert pour la responsabilité civile donc, mais aussi le dégât des eaux, l’incendie, le vol, le bris-de-glace ou encore les catastrophes naturelles, en d’autres termes tout ce qu’il vous faut.

Sachant que toutes les compagnies d’assurance habitation proposent ces garanties de base mais que chacune est libre d’appliquer le tarif qu’elle souhaite, il est plus que nécessaire de comparer les assurances habitation.

Sur un comparatif assurance habitation, vous allez pouvoir vous rendre compte gratuitement des détails de chaque garantie, à savoir les franchises, les exclusions et les restrictions, en recevant plusieurs devis assurance.

Puisque vous comparez des garanties similaires, vous pouvez vraiment réaliser de bonnes économies sur votre contrat multirisque habitation.

Ralentissement du neuf à Lyon

La Fédération des promoteurs immobiliers de la région Lyonnaise nous indique qu’en 2011 le marché de l’immobilier Neuf accuse une baisse importante. Mais certains quartiers Lyonnais restent très convoités.

La baisse des réservations dans le neuf

Un taux de 11 % de baisse affiché pour les réservations de logement. En effet, seul 6 000 logements (appartement et maison) ont été réservés sur la région Lyonnaise auprès des promoteurs.

Deux raisons majeures expliquent ce phénomène :

  • Diminution des avantages fiscaux
  • Rééquilibrage du marché au bénéfice des propriétaires occupants.

Cette baisse risque de s’inscrire dans le temps. En effet, la progression de l’arrêt des opérations ANRU qui permettent la restructuration des quartiers par la construction de logement va considérablement aider la crise dans ce secteur.

L’augmentation des prix dans le neuf.

Si les réservations tendent vers une diminution, les prix dans le neuf eux croissent sensiblement de près de 6 % sur la région Lyonnaise. On atteint un prix moyen dans les quartiers lyonnais proche de 4457 € du mètre carré.

La FPI de Lyon annonce cependant une stagnation des prix pour 2012.

 Les quartiers Lyonnais ont-ils toujours la cote ?

Lyon reste une ville très prisée, notamment les arrondissements du IIIe, VII, VIII constituent 80 % des ventes dans le neuf.

Le troisième arrondissement est considéré comme une valeur sûre. Le Huitième lui devient plus attrayant par la création de nombreux équipements.

Le neuf prend son envol dans le VIIe arrondissement avec la prochaine sortie d’une résidence.

Le deuxième arrondissement quant à lui devient une mine de logement avec le projet sur la confluence.

L’est reste un lieu très dynamique pour le marché immobilier notamment à Villeurbanne. En effet, cette commune limitrophe du cœur Lyonnais a représenté près de 12 % des réservations dans l’immobilier Neuf. Charpennes et Gratte ciel sont les quartiers les plus recherchés.

L’ouest Lyonnais reste cependant une valeur pérenne.

Découvrez les programmes neufs de la région Lyonnaise sur le nouveau site du portail lesiteimmo.com: lesiteimmo.com neuf.

Encadrement des loyers, le contenu du futur décret de Cécile Duflot

Le conseil d’état a donné son feu vert et Cécile Duflot, ministre du logement va dans quelques jours signer le texte de loi concernant l’encadrement des loyers.
En résumé, les villes concernées sont celles dont :

  1. Les loyers ont subit une hausse deux fois plus rapide que l’indice de révision entre l’année 2002 et 2010 (l’indice était de 3,2% par an).
  2. Les prix des loyers sont supérieurs de 5% par rapport à la moyenne nationale (soit des villes dont le prix au m² moyen est plus élevé que 11,10 €)

1 400 communes sont concernées par cette nouvelle réglementation.

La loi prévoit que lors d’un changement de locataire, le bailleur applique le même loyer pour le nouvel entrant.
Une augmentation est néanmoins possible si le propriétaire réalise des travaux ou que le loyer était sous-évalué.

Le marché des annonces immobilières en ligne ne connait pas la crise

Alors que la crise liée à l’immobilier bat son plein, le marché des annonces immobilières en ligne connait une croissance sans précédent. En effet, le nombre d’internautes consultant des petites annonces connait une croissance hors norme. Les sites spécialisés permettent aujourd’hui de consulter des petites annonces éditées par des professionnels ou des particuliers.  Certains acteurs ont aujourd’hui près d’1 million d’annonces recensées sur leur site. Parmi les plus grands, on retrouve bien sur seloger.com suivi de près par logic-immo.fr, AvendreAlouer.fr, Acheter-louer.fr ou encore le bon coin.

Le web et les annonces immobilières : un marché en plein développement depuis 2005

Hervé Parent, aujourd’hui président de la fédération française de l’internet immobilier affirme avoir vu le marché immobilier web se développer de manière exponentielle depuis 2005 malgré plusieurs crises. Malgré tout, le marché des annonces n’a jamais faibli. En effet, les agences immobilières et vendeurs voient en ce type de site l’occasion de bénéficier d’un espace de visibilité supplémentaire permettant de générer plus rapidement des ventes ou locations immobilières.

En effet, malgré les crises immobilières, il semblerait que le comportement des consommateurs sur ce type de site n’ait pas été influencé. Le nombre de visites ne cesse de progresser. Les français préféreraient-ils la toile au papier pour acheter ? Un phénomène qui tend à se confirmer.

En mars 2012, une étude Mediametrie montrait alors que près d’un français sur 4 s’était déjà rendu sur un site d’annonces immobilières au cours des six derniers mois.   C’est environ 5% de plus qu’en 2011. On constate également un essor des recherches géolocalisées du type achat appartement lyon,  agence immobilière lille… : même si l’intention d’achat n’est pas là, l’internaute se renseigne de manière très précise sur les services immobiliers de sa propre ville.

Cependant, les ventes immobilières ne suivent pas : celles-ci sont même en baisse en île de France. L’augmentation des visites liées aux sites d’annonces immobilières laisse donc penser que les internautes s’y rendent davantage avec l’intention de « flâner » qu’avec l’intention d’acheter.

Par ailleurs, l’essor de la concurrence à l’image du site leboncoin.fr incite de plus en plus les sites d’annonces immobilières pour professionnels tels que logic-immo.com à diversifier leur offre. On constate en effet l’essor d’un service d’annonces immobilières dédié au neuf ou encore à l’immobilier de prestige.