Après le DPE, l’étude thermique pour une rénovation efficace

Par christophe le 10 mars 2011 254 vue(s)

A peine 2% des logements ayant fait l’objet d’une rénovation auraient bénéficié d’une amélioration de leurs performances énergétiques. Une étude thermique permet de rentabiliser votre investissement immobilier.

De plus en plus de particuliers rénovent leurs logements : phénomène de mode, prise de conscience écologique, réaction face à l’augmentation du coût de l’énergie. Mais aussi, obligation de mentionner  la classe énergétique du bien lors d’une vente ou d’une location. D’ailleurs, les réfractaires vont devoir s’adapter relativement vite et prévoir les prochains travaux, le Grenelle de l’environnement prévoit  en 2020 une réduction spectaculaire du nombre de kWh/m². Les ménages français ne devront pas consommer plus de 150 kWh/m² ! (aujourd’hui, la consommation moyenne tourne autour de 330 kWh/m²).  Mais pour que ces travaux soient rentables, ils doivent être effectués dans un ordre précis.

Une vision d’ensemble est primordiale pour évaluer correctement les travaux à effectuer.

En général, les particuliers s’adressent en priorité à un chauffagiste, au final ils consommeront un peu moins mais la déperdition sera toujours là! D’autre fois, se sera le menuisier qui prendra le relais, or remplacer des fenêtres n’est pas forcément la solution la plus efficace. La déperdition n’est pas la plus importante, seulement 13% contre 30% pour la toiture (voir le schéma ci-contre).  Beaucoup de propriétaires se trompent dans les priorités d’isolation et ne changent que ce qui se voit. Or des travaux réalisés au coup par coup et sans réflexion globale ne permettront pas d’optimiser les gains. Et pourront même être à l’origine de désordres comme de l’humidité excessive. « Lorsque l’on change les fenêtres, on occulte trop souvent la question du renouvellement de l’air » indique Eric Lagandré, directeur technique et juridique de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).
Premier indicateur : le DPE

Depuis le 1er novembre 2006, pour tout achat immobilier, le DPE est obligatoire. Ce document de quelques pages comporte, en plus de la classe énergétique du logement, des préconisations pour faire baisser la facture de chauffage.
Le DPE, lorsqu’il est correctement effectué, peut être très utile pour situer le logement thermiquement, mais le sera moins pour entreprendre des travaux de rénovation. En règle générale, à partir d’une classe D, le logement a besoin de quelques travaux d’amélioration.

L’étude thermique, la solution pour évaluer correctement les déperditions.

Cette étude permet de connaitre pièce par pièce, la consommation en énergie et les déperditions énergétiques du logement. De plus, elle vous permettra d’obtenir les labels de performance énergétique dans l’ancien et pour l’éco-prêt à taux zéro.

Assurez-vous que votre interlocuteur soit titulaire d’une assurance responsabilité civile et décennale délivrées au titre de bureau d’études thermiques et qu’il utilise la méthode TH-C-Eex. Ce type de méthode écarte toute approximation, car les hypothèses de calcul sont conventionnelles : les occupants sont supposés se chauffer à 19°C. Cette étude dure environ 2h, elle est plus précise et plus fiable que le DPE et aussi plus chère, comptez entre 800 et 1 500€ suivant la taille de la maison.
L’étude TH-C-Eex : méthode utilisée par les diagnostiqueurs, qui prend en compte l’ensemble des éléments
constitutifs de la maison : paroi par paroi et mur par mur. Le diagnostiqueur intègre dans son audit les
systèmes de production de chauffage et d’eau chaude ainsi que le type de ventilation existante. Sont pris
également en compte les spécificités géographiques de la maison comme l’altitude ou l’exposition au vent.
Etude thermique terminée, et après ?

Un rapport d’une trentaine de pages vous sera délivré et vous indiquera les points à traiter en priorité. En général, le diagnostiqueur vous propose 3 scénarios de rénovation thermique avec pour chacun un ensemble de travaux plus ou moins important à réaliser.  Grâce à l’étude thermique, vous ciblez les points à améliorer, là où un simple DPE vous préconise une rénovation en totalité.

Votre étude thermique en main, vous êtes à la recherche d’artisans capables de mettre en oeuvre les recommandations de l’ingénieur thermicien. Faites fonctionner le bouche à oreille, vous pouvez aussi interroger les grandes organisations professionnelles, elles détiennent des certifications validant  les compétences de leurs adhérents en matière de rénovation énergétique : les Eco-artisans à la confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), les Pros de la performance énergétique à la Fédération française du bâtiment (FFB). EDG et GDF Suez via Bleu Ciel EDF et Gaz de France Dolcevita ont développé des partenariats avec des artisans qualifiés. Votre diagnostiqueur peut par la suite suivre l’évolution des travaux et vérifier si les préconisations techniques ont bien été respectées.

Cet article peut vous intéresser : Et si on réalisait des travaux ?

Commentaires

2 réponses à “Après le DPE, l’étude thermique pour une rénovation efficace”

  1. roger dit :

    D’ailleurs les aides du gouvernement pour la rénovation énergétique vont dans ce sens.
    Il faut envisager les performances énergétique de son logement dans son ensemble.
    Ainsi avec un bouquet de travaux, on peut bénéficier de l’ Eco PTZ, de la prime de 1350 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *