De Tignes à Val-d’Isère : reprise en pente douce

Val-d’Isère a accueilli en 2009 les championnats du monde de ski alpin. Un événement sportif qui a empêché les prix de l’immobilier de baisser… et de trop augmenter en 2010.

Tignes : des prix tout azimuts

La station de Tignes se caractérise par des prix évolutifs selon l’emplacement et la distance par rapport aux pistes. Les tarifs peuvent évoluer de 3 000 à 7 000 euros le mètre carré. Par manque de terrains constructibles, le neuf est quasi absent de la station. Du coup, les studios et T2 sont les biens les plus demandés, on peut en trouver pour moins de 5000€ le m². Un appartement de 35m² en plein centre de la station avec terrasse est vendu entre 160 000 et 175 000€. Voir le bien

Val-d’Isère : une station authentique aux prix fous

2,3 millions d’euros, telle est la somme que vous devrez débourser pour acquérir 100 mètres carrés dans un immeuble ancien, avec trois chambres et une cheminée, au coeur de Val-d’Isère. La station permet de rejoindre Tignes via l’Espace Killy et propose un univers plus luxe que sa voisine. Les petites surfaces, malgré leur grand nombre, sont peu demandées. Les acheteurs portent leurs choix sur des surfaces d’au moins 100m².

Les programmes neufs ne font pas partie de la stratégie de la station, qui souhaite garder son authenticité. Le mètre carré peut commencer à 4 000 euros pour un studio à la Daille, hameau à l’entrée du village constitué d’un ensemble d’immeubles des années 70, jusqu’à atteindre jusqu’à 25 000 euros pour de l’immobilier luxueux dans le centre.

Un appartement de 150m² avec jardin à 50m des pistes est vendu 860 000e soit 6000e le m². Voir le bien

Savoie – Les 3 vallées, le plus grand domaine skiable du monde

4 stations et 4 ambiances différentes… à des tarifs très différents !

Courchevel : la station chic

Sur les pentes du Praz, à 1300m d’altitude, le m² atteint facilement 10 000€. Plus haut à 1850m, le m² n’a pas froid aux yeux et grimpe jusqu’à 25 000€ sans problème. « Plus les biens sont de qualité, plus on les vend rapidement », explique Olivier Builly, cofondateur de l’agence Cimalpes. Courchevel reste attractive par la présence quasi permanent de neige mais aussi et surtout par les multiples activités hors ski que propose la station à la clientèle internationale.

Pour un chalet de 150m², 8 pièces sur les pentes du Praz, 1 900 000€ soit 12 000le m². Voir le bien

Les biens type T2 de 37m² sont moins prisés mais se vendent tout de même à 10 000€ le m² soit un appartement à 348 000€. Voir le bien

Méribel : la station dynamique

Station moins chic que sa célèbre voisine, Méribel a néanmoins son fan-club. La demande, surtout des T2 et T3 vendus au alentour de 6000 à 7000€ le m².

Pour un studio de 20m² avec balcon situé à proximité des pistes comptez 128 000€. Voir le bien
Pour un chalet, tout est permis à partir d’un million d’euros… Grand chalet de 200 m² avec dépendances totalement rénové, 1 476 000€. Voir le bien

Val-Thorens : et que la fête commence !

Même si tout est moderne à Val-Thorens, le parc immobilier laisse à désirer. La station la plus haute d’Europe regroupe des résidences vieillissantes et nécessitent souvent des travaux. Néanmoins, la station est presque entièrement « ski au pied » et les prix sont bien en dessous de ceux affichés dans les stations voisines. En plein centre de la station, un studio de 33 mètres carrés se vend par exemple 185 000 euros.

Les Menuires : ambiance familiale à prix modérés

Les prix sont 15 à 20% moins chers par rapport à Val-Thorens et certains quartiers sont recherchés comme la Croisette ou les Bruyères, un peu excentrés mais reliés au village principal par des navettes. Un appartement de 19m² est vendu entre 50 000€ et 70 000€ en moyenne. Voir le bien
Les chalets individuels sont quand à eux affichés avec des prix exorbitants : 5000€ le m² pour un chalet de 100m² à côté des pistes de ski. Voir le bien

Et pour les amoureux du silence lesiteimmo, vous propose un chalet d’alpage de 105 m²
à 990 000€. Visitez le bien

Savoie, les prix stoppent leurs envolées

La création de Paradiski en 2003 a entraîné une envolée des prix importante entre Les Arcs et la Plagne. Mais, avec la crise, cette partie de la vallée de la Tarentaise s’est raisonnée.

Les Arcs : plusieurs villages et un marché très disparate

Les acheteurs recherchent de grandes surfaces, les studios ne sont plus intéressants à leurs yeux. A travers les différents villages des Arcs il y en a pour tous les goûts.

Pour ceux qui souhaite un coin animé, direction les Arcs 1800, on trouve une majorité de petits appartements des années 80, dont les prix se sont envolés ces dix dernières années, et notamment pour les programmes neufs. Pour un T2 de 20m² comptez 75 000€. Voir le bien
Pour un appartement dans une résidence neuve comptez 298 000 pour un T2 avec balcon. Voir le bien

Un peu plus haut, les Arcs 1950, achevés il y a cinq ans, se sont spécialisés dans les programmes de grand standing. Pour un T3 de 50 mètres carrés, compter environ 400 000 euros. Pour les amateurs de nouvelles glisses, les Arcs 2000 proposent des résidences des années 80 avec de petites surfaces : on trouve des studios de 30 mètres carrés pour moins de 70 000 euros. Le village originel des Arcs 1600 offre davantage de calme, avec des prix avoisinant ceux des Arcs 1800.

La Plagne : des investisseurs heureux

La création de la Vanoise Express qui relie La Plagne aux Arcs a entraîné la hausse des prix dans l’immobilier pour la station. Aujourd’hui, il faut compter de 3 000 à 4 800 euros le mètre carré pour des T2, avec des différences nettes selon les secteurs. Un studio de 22 mètres carrés à Belle Plagne peut dépasser les 100 000 euros, quand il atteindra difficilement les 80 000 euros à Plagne Villages.

Mont-Blanc, toujours plus haut

La crise de 2008 a créé un léger ralentissement, mais depuis, les ventes immobilières sont reparties de plus belle.

Chamonix – L’ancien à l’honneur

Du fait de son statut de ville, Chamonix reste une station où la fréquentation reste importante. Les programmes neufs, mis en place depuis quelques années, ne sont pas les biens les plus vendus dans cette station qui trouve plus d’acquéreurs dans l’ancien. Un parc immobilier ancien qui se distingue par des prix au m² très différents selon l’exposition et la localisation du bien. Pour un T2 de 49m² en duplex avec balcon plein sud et vue sur le Mont Blanc, comptez 285 000€.

Pour des surfaces plus grandes (et donc plus rares), les prix peuvent atteindre les 800 000€. C’est le cas, pour cet appartement totalement refait de 109m² qui se vend à 825 000€. Visitez le bien

Un chalet de 100 m² près du centre se vend à hauteur de 590 000 euros. Visitez le bien

Saint-Gervais-les-Bains – Plus de biens plus abordables

Saint-Gervais-les-Bains est une vraie mine d’or pour les amoureux de la nature à la recherche de chalets ou de fermes à rénover. Un chalet de 140m² avec de belles prestations vendu à 350 000€. Visitez le bien

Ferme de 120m² vendue à 367 000€ avec une partie à rénover. Visitez le bien

Mais aussi pour des appartements de toutes tailles. Un T2 de 26m² avec balcon est affiché à 84 000€. Visitez le bien

Isère, de bonnes affaires en vue

Grandes Rousses Vercors : le massif des tentations

Ça grimpe, ça grimpe. Les Grandes Rousses deviennent très prisées, mais l’Oisans et le Vercors offrent encore de belles perspectives.

L’Alpe-d’Huez : un choix immobilier de qualité mais un peu cher !

L’Alpe-d’Huez et son parc immobilier est un peu au-dessus des prix pratiqués en Isère. Les constructions de logements neufs ont été arrêtées depuis quelques années. Aujourd’hui, les prix diffèrent selon les quartiers. L’ancien quartier du Vieil-Alpe réunit la plupart des bars et restaurants de la station. Les prix y sont élevés, et les appartements, souvent de petite taille.

Pour un appartement de 20m² sans balcon comptez 62 000€. Voir le bien
Le quartier des Bergers, à côté des remontées mécaniques, reste le secteur le plus demandé, malgré ses résidences anciennes. Un appartement de 35m² est affiché à 143 000€. Voir le bien

Pour être au calme, le quartier de l’Eclose, légèrement excentré, un T2 de 30m² avec balcon refait à neuf 139 000€ soit 5 000€ le m². Voir le bien

Les Deux-Alpes : petites surfaces et prix appropriés

Cette station est composée essentiellement de petites surfaces (biens les plus demandés) et de résidences des années 70-80 qui ont été rafraîchies en front de neige. Un programme neuf Ixia a été réalisé à l’entrée de la station : 5 000 euros le mètre carré pour un T1 bien exposé. Mais il y a très peu de chalets à la vente. Une solution, rejoindre  Venosc, relié aux Deux-Alpes par une télécabine : un chalet récent de cinq pièces coûte autour de 300 000 euros. Dans cette station, tablez sur 2 500 à 2 700 euros le mètre carré pour un studio, 3 200 à 3 800 euros pour un T2 bien situé.

Villard-de-Lans : 2 mots d’ordre récent et qualité

Cette station proposent 3 pistes (de réflexion) Les Glovettes où le prix moyen au m² est de 2 000 euros. Les biens sont plus récents et de meilleure qualité, seul hic, il faut prendre un télésiège pour accéder aux pistes.

Au pied des pistes, les immeubles de Côte 2000 – des années 70 – peuvent demander quelques travaux. Comptez 42 000 euros pour 20 m². Visitez le bien
Le centre de Villard est une troisième voie intéressante, où le prix moyen du mètre carré va de 2 500 à 3 500 euros, l’ambiance village en prime. Un T3 avec balcon, refait, coûte 160 000 euros. Visitez le bien

Concernant les programmes neufs, vous trouverez des prix entre 200 000et 280 000€ pour des T2 au T3. Voir les biens

La Haute-Savoie, 2 tendances inversées

Avoriaz / Grand-Bornand les prix fondent comme neige au soleil !

Les programmes neufs sont en baisse et les prix de l’immobilier ont tendance à se tasser… C’est le moment d’en profiter pour un investissement locatif ou une résidence secondaire !

Morzine – des négociations encore possibles dans le centre

Pour un T2 de 24m², près du centre au pied des pistes, avec balcon et cave : 89 000e au lieu de 94 000€ il y a 1 an. Visitez le bien

Le logement neuf peut atteindre des prix exorbitants à Morzine parfois jusqu’à 10 000€le mètre carré, malgré cela les ventes se maintiennent surtout pour de la location. Néanmoins, les prix restent très haut pour les chalets.
Pour un chalet de 162m² et un terrain attenant, il faut compter 798 000€. Visitez le bien

Avoriaz – à la recherche des m²

Le centre d’Avoriaz est principalement constitué de studios et de T1. C’est pourquoi les prix flambent dès qu’il s’agit de trouver un T3 ou T4. De plus, dans le quartier historique, l’architecture date des années 1960 et les appartements sont très prisés. Les chalets ont des toits de lauze, et les excroissances dans les façades recouvertes de planches de cèdre rouge canadien, contribuent à créer une ambiance rétro.
Pour un T3 de 57m² comptez environ 6 000€ le m². T3 de 57m² 395 000€. Visitez le bien
Un T1 de 21m² vendu meublé et équipé est vendu 84 000€ soit 4 000€ le m². Visitez le bien


Le Grand-Bornand – un marché au ralenti

Les agents immobiliers sont tous du même avis : « Pas de réelle évolution », « plutôt calme ». Le manque de terrains disponibles empêche la construction de programmes neufs. Et l’immobilier ancien a baissé de 5 à 10%. Malgré des prix attractifs le marché ne décolle pas vraiment, certains biens peuvent rester en vente plusieurs années.Pour un chalet de 200m² environ comptez 840 000€ soit un peu plus de 4 000le m². Voir le bien
Pour un appartement situé dans un quartier plus prisé comme le Chinaillon, un T3 avec balcon plein sud comptez environ 5 000€ le m² : 220 000€. Visitez le bien

Megève et ses alentours encore très prisés

Depuis quelques années, les demandes se tassent sur Megève même, et les environs à l’inverse sont de plus en plus convoités.

Megève : La crise n’a pas eu d’impact !

A Megève, le haut standing détient toujours la palme des prix exorbitants pas moins de 17 000 euros le mètre carré. Les studios sont moins prisés. Par contre pour un appartement (T3) situé dans le centre ancien, les prix peuvent atteindre 9 000€ par m².

Les attentes de cette clientèle : ne pas avoir besoin de sa voiture en ayant une exposition idéale et de grandes surfaces tout ça sans être dérangé par son voisin. Ainsi, les chalets individuels deviennent des biens très demandés et très chers plus de 2 millions d’euros. Les programmes neufs à Megève ont été arrêté, les deux derniers, situés dans le centre du village, proposent respectivement onze et quinze appartements de grande surface, avec des prix entre 15 000 et 18 000 euros le mètre carré, pour des services de grand standing.

Appartement sur la route du Mont d’Artois de 23m², sans balcon est vendu 128 000€ soit 5 500€ le m². Voir le bien
Appartement dans résidence neuve de 192m² vendu au prix de 1 890 000€. Voir le bien
Et pour rêver, un chalet de 1 000m² avec espace spa est vendu 8 920 000€. Visitez le bien

La Clusaz : une montée en gamme impressionnante !

La Clusaz, village de moyenne montagne à la renommée internationale, monte en gamme. La construction d’hôtels de luxe y attire une clientèle qui, « prise du virus de La Clusaz, cherche ensuite à acheter », explique Marie-Noëlle Moine, de La Clusaz Immobilier. La demande est essentiellement concentrée sur les chalets individuels et les grands appartements. Les acquéreurs achètent des résidences secondaires pour eux, et moins pour de la location.

Un rez de jardin de 22m² meublé avec terrasse plein sud et cave est affiché à 139 500€. Visitez le bien
Un chalet de 180m² avec 8 000m² de terrain se vend 875 000€. Visitez le bien

Et si on achetait un rez-de-chaussée !

(Lesiteimmo.com) – Le rez-de-chaussée, habituellement réservé aux concierges est de plus en plus prisé dans les grandes villes. En plus de réunir plusieurs avantages (pas de charge d’ascenseur, des prix de 10 à 20% moins chers qu’en étage), il s’accompagne souvent d’une petite terrasse ou d’un jardin. Cette niche est tellement en vogue que certaines agences se sont spécialisé dans ce créneau.

Attention néanmoins, ce bien plein de cachet que vous vous apprêtez à visiter peut vous réserver bien des surprises. Ces appartements peuvent être bruyants, mal chauffés. Certaines assurances demandent d’ajouter des barreaux aux fenêtres donnant sur la rue pour sécuriser le logement. Une dernière chose, vérifiez que l’appartement mis en vente soit tout bonnement… habitable. Légalement, un local commercial qui n’a pas été requalifié à usage d’habitation par les services de l’urbanisme ne peut faire office de logement.

Et enfin, si vous souhaitez réaliser un investissement locatif avec un appartement en rez-de-chaussée, gardez en mémoire que les loyers des rez-de-chaussée affichent des décotes généralement équivalentes à celles des prix d’achat… d’où des rendements sensiblement identiques. D’ailleurs, ce type d’appartement peut être plus difficile à louer si il ne se trouve pas en plein centre ville.  Soyez vigilant !

Une location pour 150€/mois…

(Lesiteimmo.com) – Cette solution apparaît comme LA solution pour pallier au manque de logement, notamment sur la région Parisienne. Cette démarche vient des Pays Bas, qui en 1992, proposait à des locataires d’occuper temporairement des locaux vacants, type caserne désaffectée, bâtiment ministériel ou ancien parc d’attraction. Originale et économique, cette solution vient tout juste d’arriver en France, contre un loyer modique de 150€/mois (charges comprises), les locataires intéressés peuvent occuper des biens vacants sur une durée donnée. L’avantage pour les propriétaires,  leurs bâtiments sont occupés, pour éviter la dégradation naturelle du bien. Néanmoins, le locataire est soumis à quelques règles :

  • il doit être prêt à quitter le logement à tout moment, en seulement 4 semaines.
  • il doit s’inscrire sur une liste d’attente et peut choisir uniquement la zone géographique et non la nature du logement.

L’expérience est réussie pour 12 locataires Parisiens qui, actuellement, se partage 6 000m² de bureaux désaffectés. Affaire à suivre…

La meilleure façon d’investir dans le dispositif Scellier !

(Lesiteimmo.com) – Chute des rendements locatifs, avantage fiscal réduit… Est-ce toujours intéressant d’avoir recours au dispositif Scellier pour un investissement locatif ? Malgré les apparences, oui, mais à certaines conditions…en investissant dans le logement vert !

Il y a quelques temps, le régime Scellier avait de beaux avantages (25% de réduction d’impôt sur l’acquisition d’un logement neuf). Aujourd’hui, la loi de finances pour 2011 vient de bouleverser la donne. Pour réduire les déficits publics, le gouvernement a ainsi prévu le rabotage d’une vingtaine de niches fiscales dont le régime Scellier. Ainsi, en 2011, la réduction d’impôt est rabaissée à 22% lorsque le logement est certifié BBC-Effinergie et à 13% pour un logement neuf répondant à la réglementation thermique en vigueur (la RT 2005).

Néanmoins, tout acheteur ayant signé, devant un notaire, un contrat de réservation avant le 31 décembre 2010 et qui signera l’acte définitif avant le 31 mars 2011, continue de bénéficier des taux non-rabotés.

Est-ce plus rentable d’acheter un Bâtiment  Basse Consommation – Effinergie ?

Quelques éléments méritent d’être pris en compte avant de se lancer. En effet, le label BBC implique un surcoût de construction qui risque de se répercuter sur le prix d’achat. En effet, construire BBC revient à environ 10% plus cher, du fait, des nombreux contrôles et démarches qu’implique le label. De plus, pour obtenir le label, le logement doit satisfaire des exigences sévères en agissant sur l’enveloppe du bâtiment et sa perméabilité à l’air,  sur son système de chauffage, d’eau chaude, de ventilation et d’éclairage. Autant d’éléments qui impliquent un surcoût pouvant aller jusqu’à 10%. De plus, le bailleur doit appliquer et respecter des plafonds de loyers, ce qui peut diminuer la rentabilité de l’investissement.

Le logement BBC comporte des caractéristiques à respecter :

  • une consommation énergétique strictement limitée à 50kWh/m²/ an (cette consommation peut varier selon la situation géographique).
  • Seule l’énergie primaire est prise en compte, c’est à dire le chauffage, le refroidissement, la ventilation, la production d’eau chaude sanitaire et l’éclairage des bâtiments.
  • Les occupants doivent respecter les bonnes pratiques afin de ne pas consommer plus de 50kWh (qui est basé sur un usage conventionnel et non sur les habitudes de vie).

Un autre élément à prendre en compte lors d’un achat locatif : la stagnation des loyers qui fait chuter les rendements locatifs. N’ayez crainte, les plafonds de loyers déterminés par la loi Scellier se base sur le niveau des loyers du marché. Mais attention, pour bénéficier d’une rentabilité correcte il faut privilégier l’investissement dans le BBC doté de l’avantage fiscal maximal.

Si l’on réfléchie bien, un logement BBC – Effinergie se louera ou se vendra plus facilement qu’un logement non BBC, grâce à  l’obligation d’inscrire la performance énergétique du logement sur les annonces immobilières. D’ailleurs, le parc locatif « vert » tend à se développer d’ici quelques années. Aujourd’hui, environ 3 000 logements sont labellisés et 80 000 sont en attente.

De plus, un bien BBC – Effinergie bénéficie de la qualité et d’une certaine pérennité pour le futur acquéreur.  Un constat a été fait en Suisse, où les logements labéllisés Minergie – l’équivalent helvète de BBC-Effinergie – se vendent 10% plus cher que les mêmes biens sans label.

Aujourd’hui, la pénurie de logement est telle que l’écart entre BBC et non BBC est infime, et même si un logement non BBC est moins cher, il ne sera pas forcément vendu à un prix différent d’un logement BBC.  D’ailleurs, ces biens sont de plus en plus rares, les promoteurs ont anticipé la construction BBC et n’ont plus de bien non BBC en stock.

Pour en savoir plus, une simulation est réalisée en fin d’article afin d’illustrer ces propos.

Qui peut me délivrer ce label ?

Lors de la signature d’un contrat avec un promoteur faites bien attention aux mentions du type « niveau BBC ». Seule l’obtention du label BBC – Effinergie ouvre droit à la réduction d’impôt au taux de 22%. Les organismes certificateurs doivent être agrées par le Comité Français d’accréditation ( Cofrac), ils sont 4 pour le moment : Cerqual, Promotelec Certivea et Cequami à délivré ce label à partir du référentiel mis au point par l’association Effinergie.

L’évaluation du logement, pour l’obtention du label, sera donc effective une fois celui-ci terminé. En règle générale, le label est obtenue sans problème, les promoteurs sont vigilants et se prémunissent contre ce risque en faisant appel à des bureaux d’études agrées par le CSTB. Néanmoins, vous pouvez vous protéger juridiquement contre une non-délivrance du label.  Le notaire de l’investisseur,  doit exiger une clause dans l’acte de vente indiquant que l’achat est motivé par l’économie d’impôt du dispositif Scellier et que la labellisation est donc une condition fondamentale.

La loi Scellier est-ce uniquement pour les logements neufs ?

Une alternative au  Scellier neuf est mis en place depuis quelque temps. Un investisseur peut investir dans un logement à réhabiliter en profitant du dispositif Scellier, sous certaines conditions. Le régime Scellier ancien permet d’avoir accès à des biens immobiliers situés en centre-ville à des prix en général inférieurs à ceux du neuf. Le logement ne doit pas répondre aux normes de décence prévues dans le décret n°2002-120 du 30 janvier 2002. Le logement doit être attesté par un contrôleur technique qui remplira ensuite un état descriptif du logement. Une fois les travaux terminés, un nouveau descriptif doit être fourni par le contrôleur ainsiq u’une attestation garantissant que le logement satisfait aux exigences de décence et qu’il répond à certaines performances techniques (arrêté du 19 décembre 2003). Une fois le label « BBC – Effinergie rénovation » obtenu la réduction d’impôt est égale à celle du neuf soit 22% du coût de revient de l’opération.

 

Simulation : Rentabilité du Scellier avec ou sans le label BBC

Un couple avec deux enfants déclarant 60 000€ net par an, achète un deux pièces de 40m² situé en zone A bis.

A superficie et  localisation équivalente, le logement BBC est vendu 11% plus cher que celui qui n’est pas labellisé. Au bout de 9 ans, on estime que logement BBC continuera de bénéficier de ce différentiel de 11% par rapport au logement standard.

 

Montage financier :

Emprunt sur 20 ans à un taux de 4% + apport personnel de 10%
Frais : 1.8% du prix d’achat

 

Loyers et charges :

Loyer mensuel : 20€/m² (BBC) et 16.10€/m² (non BBC)
Charges non récupérables sur le locataire : 10% du loyer
Progression annuelle des loyers et charges : 1.5%
Vacances locatives (un mois tous les 3 ans) : 3% du loyer

Rentabilité de l’opération suivant le dispositif retenu

Scellier BBC

Scellier non BBC

Budget

271 000€

244 000€

Loyer annuel

9 600€

7 728€

Charges annuelles

960€

910€

Avantage fiscal

6 624€

3 914€

Rendement net annuel avant fiscalité

3.13%

2.81%

Rendement net annuel après fiscalité

5.53%

4.22%

TRI* à 9 ans, revente sans revalorisation

6.8%

5.1%

* Taux de Rentabilité Interne. Le TRI est un indicateur financier tenant compte de toutes les dépenses et recettes liées à un investissement.

 

Conclusion : Malgré son prix d’achat plus élevé, l’investissement Scellier dans une opération labellisée BBC – Effinergie offre un rendement net après fiscalité légèrement supérieur. Mais la prime au Scellier BBC – Effinergie se fera surtout sentir à la revente.

Lire en plus : Scellier classique ou Scellier intérmédiaire ?

Un accès au prêt facilité pour les personnes malades

(Lesiteimmo.com) – La nouvelle convention Aeras ( s’assurer, emprunter en risque aggravé de santé) a été signée le 1er février. Celle-ci améliore le dispositif signé en 2007, avec notamment une meilleure assurance emprunteur et la prise en compte de l’évolution des maladies.

Cette nouvelle convention prévoit désormais la constitution d’un collège paritaire – médecins et assureurs – qui veillera « à ce que les progrès de la médecine soient pris en compte dans le calcul des assurances », explique le ministère.

L’accès au crédit aux personnes plus modestes sera facilité,en effet, « banques et assurances se sont engagées à renforcer la prise en charge, sous certaines conditions, du surcoût de l’assurance liée à la maladie »est-il précisé. Pour le PTZ+, un dispositif particulier est mis en place pour les personnes de plus de 35 ans en risque aggravé de santé qui souhaitent devenir propriétaire.

Qu’est ce qui change ?
– les questionnaires de santé sont supprimés pour les crédits à la consommation d’une durée de moins de quatre ans et pour les emprunteurs de moins de 50 ans si le crédit ne dépasse pas 17.000€ contre 15.000€ dans le cadre de l’ancien dispositif.

– pour les prêts professionnels et immobiliers, le montant maximum du prêt est augmenté à 320.000 € contre 300.000 précédemment.

Lire la suite sur Maison à Part

Plus d’infos sur www.aeras-infos.fr/